Urban Lifestyle

Le projet Heidelberg : comment l’art suscite le changement à Détroit

Des villes sont des lieux attirants, et de nouveaux espaces et bâtiments peuvent les rendre encore plus attrayants. Mais certaines villes et certains quartiers doivent également faire face à des défis gigantesques. Détroit est un exemple célèbre de la manière dont les changements dans l’économie ont mené au chômage et au dépeuplement. Mais la volonté humaine est forte, et pour contrer le déclin urbain de Détroit, un homme a utilisé l’art – le projet Heidelberg – afin de redonner vie à son quartier et inspirer les villes du monde entier.
Urban Lifestyle
An urban lifestyle for the future -  By first recognizing the impact of our city lifestyles, we can pave the path for sustainable economic development and a brighter, greener future.
194 vues

Fait le 07/11/2018

Le voisinage s’exprime

Au milieu des années 1980, Tyree Guyton en a eu assez. Son quartier de Détroit, McDougall, se dégradait rapidement et personne ne semblait s’employer à arrêter cela. Il a alors décidé de se battre avec le seul moyen qu’il connaissait : l’art. Il a commencé à peindre des pois colorés sur l’une des nombreuses maisons abandonnées là où il a grandi, dans Heidelberg Street.

C’est ainsi qu’est née la plus célèbre et fabuleuse exposition d’art publique à Détroit : le projet Heidelberg. En collaborant avec les adultes et les enfants du quartier, le projet de T. Guyton s’est étendu et a transformé des dizaines de maisons, voitures et rues en installations artistiques étranges mais merveilleuses dans le voisinage et aux alentours.

L’art à la rescousse

L’objectif du projet Heidelberg était d’améliorer la vie des gens par le biais de l’art et de combler le fossé entre les zones urbaines et les banlieues. Il est vite devenu une figure emblématique pour les projets artistiques qui recourent à la créativité locale pour riposter face au ralentissement économique, aux coupes budgétaires et à l’aide inefficace de la ville.

Utiliser les défis pour devenir plus forts

Bien qu’étant acclamé dans le monde entier, le projet Heidelberg a également eu son lot de problèmes. Pendant de nombreuses années, les pouvoirs publiques ne semblaient pas le soutenir.

À cela se sont ajoutées des catastrophes entre 2013 et 2015, lorsque de nombreuses structures ont été détruites par des incendies, sans doute provoqués par des pyromanes. Toutefois, T. Guyton et son équipe ne se sont jamais découragés et ont continué à chercher de nouveaux partenaires intéressés pour agrandir la portée et l’impact du projet.

Heidelberg Project House

Lorsque les pouvoirs publics ne peuvent pas aider

Lorsque des fonds publics ne sont pas disponibles, de nombreuses initiatives éducatives, sociales ou culturelles urbaines trouvent des partenaires compétents pouvant les soutenir dans le secteur privé. Par exemple, en 2014, JP MorganChase a fait une promesse de don de 100 millions USD sous forme de prêts et de subventions à des associations caritatives locales afin de contribuer à la relance économique à Détroit ; et Habitat for Humanity récupère des dons matériels ou des dons en natures d’entreprises telles que Home Depot, Dow Chemical et Whirlpool.

De nombreuses organisations caritatives préfèrent recevoir une aide directe plutôt que de l’argent. Big Brothers Big Sisters recherche activement des sociétés partenaires fournissant des bénévoles pour aider les enfants. De manière similaire, thyssenkrupp Elevator aide SOS Villages d’enfants par le biais du projet SEED, conçu pour aider les jeunes défavorisés sur le plan économique à se former pour obtenir de bons emplois.

Vers Heidelberg 3.0

Un bon partenaire peut faire toute la différence, et le projet Heidelberg en a trouvé un : 1xRun. Cette société d’édition d’art a emménagé dans le quartier de McDougall Hunt et y a ouvert une galerie d’art, un café et un espace pour les événements.

Des subventions ont également permis de construire un nouveau siège de trois étages pour le projet dans McDougall Street, et le nouveau lieu procure un sentiment de permanence au projet, pour la première fois de sa longue histoire.

La prochaine phase est ce que T. Guyton appelle « Heidelberg 3.0 ». La clé de cette phase est de transformer le quartier, passant « d’une installation artistique dirigée par un individu à un village culturel et artistique autonome », et d’aider à garantir que le projet Heidelberg continue à être un catalyseur et un modèle pour la rénovation urbaine.

 
Heidelberg Project

Faites un tour virtuel dans le quartier du projet Heidelberg à Détroit. Cette courte vidéo montre quelques-unes des manières dont ce quartier en déclin a pu être transformé en un symbole mondial de résistance urbaine et d’espoir.

L’inspiration dans un pot de peinture

Le projet Heidelberg de T. Guyton a encouragé les individus à prendre eux-mêmes le changement en main, notamment dans les cas où l’action des autorités locales est inexistante ou inadaptée. Passant d’une installation menée par un seul homme à un plus grand collectif d’artistes et à une organisation poursuivant des objectifs encore plus ambitieux, le projet Heidelberg continuera de se concentrer sur la faculté formidable de l’art à encourager les individus à investir leur talent créatif dans leur propre ville et leur avenir.

Image Credits:

Polka Dot House, Heidelberg Project, photo by Rainer Halama, taken from commons.wikimedia.org

Car, Heidelberg Project, photo by David Yarnall, taken from commons.wikimedia.org

Painting House, Heidelberg Project, photo by David Yarnall, taken from commons.wikimedia.org

Pink House, Heidelberg Project, photo by Rainer Halama, taken from commons.wikimedia.org

Tyree Guyton Interview, video by Cool Hunting