Urban Lifestyle

Ville suspendue et urbanisation 2.0 – les villes passent au niveau supérieur

Il est incontestable que les hauts bâtiments offrent la meilleure solution pour un mode de vie durable et une haute densité de population. Malheureusement, ils représentent également un défi de taille en matière de connectivité urbaine. Kostas Poulopoulos, fondateur du bureau d’architectes SquareOne à Copenhague, expose sa vision de la « ville suspendue » dans cette interview exclusive pour URBAN HUB. K. Poulopoulos imagine un deuxième plan urbain dans le ciel, permettant d’interconnecter les hauts bâtiments à la fois d’un point de vue fonctionnel et social. Ces vastes plans multiniveaux dans le ciel présentent tous les avantages des passerelles, mais ils ajoutent également de l’espace et offrent d’autres fonctionnalités. Parfaitement connectés à l’aide du nouvel ascenseur MULTI et de drones, ils ne sont pas si futuristes. Tout repose sur des technologies actuelles.
Urban Lifestyle
An urban lifestyle for the future -  By first recognizing the impact of our city lifestyles, we can pave the path for sustainable economic development and a brighter, greener future.
3794 vues

Fait le 13/12/2018

La clé de la connectivité horizontale

URBAN HUB : Comment avez-vous entendu parler de l’ascenseur MULTI et dans quelle mesure vous a-t-il inspiré ?

Kostas Poulopoulos : Nous avons découvert MULTI en recherchant des types d’ascenseur plus efficaces afin de faire une proposition de tour pour un autre projet. Nous avons commencé à chercher un ascenseur à deux étages avant de tomber sur le tout nouveau MULTI.

Lorsque nous avons réalisé son potentiel, nous avons décidé de contacter thyssenkrupp Elevator pour développer un concept spécialement axé sur l’atout principal de la technologie : son mouvement horizontal.

Ça a été le coup de foudre pour MULTI. Enfant, j’avais eu l’idée d’utiliser des aimants qui se repoussent mutuellement pour créer des voitures qui planent : au fond, j’ai imaginé la lévitation magnétique. Je me suis souvenu de cette idée en prenant le premier train commercial à sustentation magnétique (« maglev ») à Shanghai de nombreuses années plus tard. Toutefois, la technologie MULTI est encore plus passionnante car elle transforme non seulement les villes, mais aussi les bâtiments eux-mêmes. Elle s’intègre dans ces derniers et peut donc façonner l’architecture de l’intérieur.

MULTI

La technologie est formidable pour réduire la taille de la structure de base et renforcer nettement l’efficacité du transport vertical, mais l’aspect ayant le plus de valeur ajoutée est sa fonctionnalité supplémentaire, le mouvement horizontal. Nous disposons ainsi au sein des bâtiments d’un tout nouveau type de « véhicule », capable de se déplacer dans deux dimensions et peut-être dans trois à l’avenir, qui sait ? Cela transforme complètement l’idée de mobilité au sein des bâtiments.

Si l’on se penche de plus près sur les villes, on remarque qu’il ne doit pas y avoir de différence entre les plateformes de transport. Vous pourriez prendre une sorte de métro et vous retrouver à l’intérieur d’un bâtiment via des voies alimentées par la technologie « maglev ». C’est une idée très intéressante, et MULTI pourrait être la technologie la plus à même de la concrétiser.

Hanging City
Hanging City

Présentation de la ville suspendue

URBAN HUB : Pouvez-vous nous parler de votre concept de « ville suspendue » ?

Kostas Poulopoulos : La ville suspendue est composée de plusieurs tours interconnectées, et le système d’ascenseur MULTI circulerait entre elles et à l’intérieur. Les connexions sont bien plus que de simples passerelles. Elles forment des espaces urbains multiniveaux de la taille d’un centre commercial. L’idée est de savoir comment maximiser le potentiel du bâtiment en hauteur. Actuellement, notre mode de construction des hauts bâtiments limite la circulation en termes de transport vertical, de vitesse et de capacité.

Intéressons-nous à un autre aspect des hautes tours : en général, les étages du milieu ont une valeur immobilière inférieure à ceux du haut et du bas. Y a-t-il un moyen d’augmenter la valeur de cette étages peu convoités ? Comment associer les fonctions et générer plus d’activités et de possibilités pour rendre l’ensemble plus agréable ? Il y aurait là un intérêt financier. Je pense qu’il est plus simple de réussir sur le plan financier lorsque les projets créent une vision partagée de l’unité.

Si nous établissons des connexions entre les hautes tours, non seulement via de petits ponts mais en créant des secteurs urbains entiers – c’est-à-dire des « villes suspendues » – nous pourrons développer quantité d’activités urbaines, en créant notamment des zones commerciales, des espaces éducatifs et des lieux de travail.

Kostas Poulopoulos :  Un aspect est particulièrement attrayant pour les lieux de travail. Comme les tours offrent une surface limitée, les locataires nécessitant beaucoup d’espace sont séparés verticalement sur plusieurs étages. Toutefois, la connectivité verticale n’est pas optimale pour les entreprises car elle est moins pratique que la circulation horizontale. Il est bien plus intéressant pour une entreprise d’occuper de longs étages en continu et d’avoir ainsi une continuité visuelle. Il est également plus simple de s’étendre horizontalement que verticalement.

Bien sûr, ces idées resteraient utopiques sans l’aspect clé du transport, qui permet de les mettre en œuvre. Il faut s’attendre à relever certains défis techniques, ce qui est faisable car il y a un intérêt financier derrière. L’aspect critique est de savoir comment cette nouvelle ville suspendue sera « alimentée » en personnes et en biens. MULTI peut alors être une solution.

Nous avons eu l’idée de connecter le niveau du sol d’une ville au niveau urbain suspendu grâce à un circuit d’ascenseurs, qui ressemble davantage à un système de métro interne.

Hanging City
« Les villes comme Hong Kong, New York et d’autres métropoles émergentes sont sur le point de faire fusionner leurs édifices dans les hauteurs. Cela peut faire naître des changements fascinants en matière d’urbanisme. À condition que nous nous attaquions aux systèmes de transport ! C’est là que MULTI intervient. »
Kostas Poulopoulos, Fondateur du bureau d’architectes SquareOne, Copenhague

L’importance de la connectivité horizontale

URBAN HUB : Votre approche axée sur le développement horizontal semble soutenue par la tendance de ce qu’on appelle les « landscrapers » pour les sièges sociaux des entreprises. Vous confirmez ?

Kostas Poulopoulos : Oui. C’est une tendance très marquée, surtout en Europe. Les solutions verticales peuvent fonctionner pour les entreprises, mais la répartition horizontale est favorable en termes de circulation, de visibilité et d’interaction entre les employés, ce qui représente un enjeu majeur dans les environnements professionnels d’aujourd’hui. Pourtant, nous savons que les villes seront bien plus verticales à l’avenir qu’elles ne le sont actuellement.

En réalité, l’avenir est déjà là si on regarde Hong Kong, Shanghai, New York et Londres. Cette tendance n’est pas amenée à disparaître. Nous continuerons de nous élever vers le ciel, à certains endroits plus qu’à d’autres. Le monde compte chaque année près de 80 millions de personnes en plus. Les Nations Unies estiment que la population mondiale atteindra 9,8 milliards d’ici 2050, avec un taux d’urbanisation de 68 %.

Hanging City

Kostas Poulopoulos : Nous savons que tout le monde veut être au même endroit. Mais comment est-ce possible ? Il n’y a qu’une seule solution : s’élever vers le ciel. Mais plus nous montons haut, plus il est difficile de redescendre. Il va presque de soi que nous avons besoin de secteurs intermédiaires pour créer des raccourcis et se déplacer dans la ville plus efficacement. Je pense que nous verrons bientôt des « villes suspendues », et nous espérons que SquareOne prendra part à cette évolution.

MULTI Towers

Au sein de la ville suspendue

URBAN HUB : Pouvez-vous nous décrire votre vision de ce qui peut exister au sein de l’espace horizontal de la ville suspendue ?

Kostas Poulopoulos : Nous imaginons tout un secteur urbain dans les airs – ce que nous appelons la ville suspendue – avec un grand vide au milieu pour la lumière et les communications. Nous suspendons l’ascenseur de manière à ce qu’il n’interfère pas avec la circulation horizontale au sol. Cela donne également un aspect « futuriste » à ce système à la fois nouveau et intéressant. 

Inside the Hanging City

URBAN HUB: Can you tell us your vision for what can exist within the suspended horizontal space of the Hanging City?

Kostas Poulopoulos: We envision a whole urban sector up in the air – what we call the Hanging City – with a big void in the middle for light and communications. And we suspend the elevator in a way that it does not interfere with horizontal circulation on the floor. It also ensures that the system is visible for a “futuristic” feeling, because it is something new and interesting.

Hanging City
Hanging City

Kostas Poulopoulos: It is the visibility of the transportation system that communicates this feeling of “we are in the future!” But technology is not the answer. People are. People need to understand what things can do. And to understand, they need to see. So visibility is a key aspect of our design.

There is no innovation in terms of how we use the floor space and how it is rented, but there is innovation in terms of how quickly you can move from one side to the other, how freely you can jump in and out of an elevator pod, and how “big” buildings can actually become in the end.

Indoor horizontal transportation already exists in the form of moving walks, like in airports, but they have the disadvantage of being on the ground and disrupting lateral circulation. The way we’re looking at implementing MULTI would not disrupt circulation at all, but it does visualize circulation within the space.

Flying connectivity

URBAN HUB: And what would you do outside, on top of this horizontal realm?

Kostas Poulopoulos: We have primarily envisioned this area as a park for people, because that is the most interesting option, but part of that space could also provide limited parking areas for flying drones, such as for the police, deliveries, emergency services, or even taxis. This would create an additional level of connectivity for the building. And it can all work together.

The sequence goes like this: the MULTI elevator gives birth to the possibility of a second urban level, which in turn serves as a platform for other stuff to land on. And I think it’s all very promising.

Next steps

URBAN HUB: And what’s next for you?

Kostas Poulopoulos: Our next investigations revolve around incorporating this idea of horizontal transportation precisely in airports, where there are obvious benefits from quick transportation, along with other typologies of buildings that could benefit from this idea.

Hanging City
Kostas Photo

Kostas Poulopoulos

Founder, SquareOne Architects 

Website: http://sq-1.dk/
Instagram: https://www.instagram.com/squareone_studio

Kostas Poulopoulos founded SquareOne, an architecture studio based in Copenhagen, in 2015. He previously worked with Kengo Kuma Architects, HLA–Henning Larsen Architects (Lead Design Architect) and BIG (Senior Architect). As Lead Designer at HLA, Kostas obtained significant experience in workplace, educational, and mixed-used development projects while responsible for the concept design of Siemens HQ in Munich, Nordea HQ in Copenhagen, the Frankfurt School of Finance and Management, the ZSW Centrum in Stuttgart, and Novo Nordisk HQ.