Technology

Faire passer MAX au niveau supérieur : la maintenance prédictive pour tous

Pour plusieurs pays en Europe, en Asie et en Amérique, la maintenance prédictive est déjà une réalité. MAX est la solution de l’Internet des Objets (IdO) pour les ascenseurs. Les techniciens ascensoristes parviennent maintenant à réparer les ascenseurs avant même qu’un problème ne survienne – et ils arrivent préparés, avec des connaissances précises sur le problème et la manière de le résoudre. À mesure que les ascenseurs connectés à l’IdO continuent de rassembler des données et que MAX, la solution basée sur l’apprentissage automatique, améliore sa capacité à prévoir et à empêcher les pannes, les utilisateurs d’ascenseurs subissent moins de temps d’arrêt et profitent d’une meilleure mobilité dans les bâtiments. Mais encore plus d’améliorations sont en cours – et cette solution IdO de pointe veut s’étendre à d’autres systèmes de mobilité.
Technology
Utiliser moins de ressources pour stimuler le changement - Quel est le moteur du monde ? Les technologies innovantes. Et en matière de mobilité, de construction, d’énergie et de production, les innovations écologiques modifient particulièrement l’environnement des individus et leur manière d’interagir avec lui.
168 vues

Fait le 19/09/2019

Dans le cloud

Les big data, la connectivité dans le cloud et l’apprentissage automatique semblent être des sujets complexes, mais les objectifs de leur utilisation pour les ascenseurs sont en fait plutôt simples.

Les ascenseurs sont équipés de capteurs reliés au cloud ; ils utilisent une carte SIM, comme le fait un téléphone. Un processus d’apprentissage automatique (exécuté par Microsoft Azure) cherche à détecter des modèles et apprend de ceux-ci afin de reconnaître les modèles entraînant des défaillances. Une fois qu’un modèle est reconnu, il est possible de résoudre la défaillance liée avant même qu’elle ne survienne. En outre, les techniciens ascensoristes sont informés sur la nature de la défaillance à l’avance et savent ainsi exactement quels outils et pièces apporter. Résultat de ce « prédiagnostic » : les réparations peuvent être effectuées bien plus rapidement et plus efficacement.

Des pays en Europe, en Asie et en Amérique du Nord et du Sud profitent déjà de temps d’arrêt réduits, d’une maintenance plus rapide et plus efficace et d’une réduction de plus de 50 % des appels de clients. Jusqu’à présent, les ascenseurs reliés à MAX dans le monde entier ont assuré 95 millions d’heures de temps de service supplémentaires pour leurs passagers.

One World Trade Center

Le One World Trade Center bénéficie de la maintenance prédictive MAX

Nouveaux outils numériques

Les techniciens de maintenance des ascenseurs ont récemment gagné en autonomie avec une application spéciale pour smartphone leur permettant de recevoir des alertes critiques venant des ascenseurs eux-mêmes. L’application fournit également une fonction d’accompagnement virtuel pour qu’ils arrivent entièrement préparés, non seulement avec les bons outils, mais aussi avec des connaissances exactes sur la manière d’effectuer la réparation nécessaire.

Les propriétaires d’immeubles et les responsables d’installations également sont immédiatement informés des problèmes, tout en étant assurés qu’un technicien ascensoriste est déjà en route. Ils peuvent choisir de recevoir ces messages par SMS, par e-mail ou sur l’application mobile MAX. En outre, l’application mobile MAX et le portail client MAX fournissent désormais des informations plus détaillées aux gestionnaires d’immeubles, par exemple le statut de maintenance de tous les ascenseurs ainsi que les statistiques d’utilisation et bien plus.

MAX Infographic

Mobilité MAX pour tout le bâtiment

Les ascenseurs ne sont pas les seuls systèmes de mobilité dans les bâtiments. Les escaliers mécaniques et les trottoirs roulants sont également importants. La mobilité efficace des personnes dans les bâtiments et les zones urbaines dépend du bon fonctionnement de tous ces éléments. Les grands bâtiments publics comme les gares ou les centres commerciaux comportent un grand nombre de systèmes de mobilité. Si un escalier mécanique ne fonctionne pas, cela peut entraîner des encombrements au niveau des ascenseurs, ce qui est un sérieux problème pour les personnes ne pouvant pas prendre les escaliers.

C’est pour cela que MAX se développe actuellement afin de couvrir également les escaliers mécaniques. En matière de mobilité dans les bâtiments, en effet, la maintenance prédictive n’assurera le mouvement continu des individus que si elle peut couvrir tous les systèmes de mobilité du bâtiment.

« Nous avons collaboré avec Microsoft et l’équipe responsable des ascenseurs pour lancer MAX pour les escaliers mécaniques, en développant des algorithmes répondant aux besoins spécifiques de ces derniers. Nous avons déjà des escaliers mécaniques dotés de MAX en Espagne, en Allemagne et aux États-Unis, et nous en prévoyons davantage pour l’Australie, la France ainsi que d’autres pays. »
Fran Canteli, Global Electrical R&D Expert, Escalators, thyssenkrupp Elevator
Microsoft MAX
Fran Canteli, Global Electrical R&D Expert, Escalators, thyssenkrupp Elevator

Faire avancer la maintenance prédictive

Contrairement à la solution MAX d’origine pour les ascenseurs, le projet « MAX pour les escaliers mécaniques » ne doit pas partir de zéro. Cette solution similaire mais différente peut partager en grande partie les mêmes ressources (cloud et connectivité) et développements techniques (par exemple l’interface de carte SIM et l’utilisation d’HoloLens) ; le projet était donc déjà à un stade avancé dès ses débuts.

Selon Fran Canteli, « L’interface spécifique pour acquérir des données de contrôleurs d’escaliers mécaniques a dû être développée à partir de rien. Nous sommes actuellement en train d’acquérir et de traiter des données venant des escaliers mécaniques afin d’optimiser la maintenance et de détecter de potentielles défaillances suffisamment à l’avance pour réagir avant qu’une unité ne tombe en panne. »

Pour les escaliers mécaniques, MAX fournira également des mises à jour du statut en temps réel sur le portail client ainsi que des alertes automatiques. Les techniciens auront également accès à un encadrement virtuel et seront ainsi toujours prêts lorsqu’ils arriveront sur place. D’après F. Canteli, « les algorithmes pour la maintenance prédictive semblent très prometteurs et nous sommes déjà en train de déposer des brevets pour ces processus. »

Où MAX déploie ses ailes

Le lieu par excellence où les ascenseurs, les escaliers mécaniques et les trottoirs roulants sont absolument indispensables à la mobilité des individus ? L’aéroport. Les aéroports comptent déjà sur ces systèmes de mobilité pour maintenir les personnes en mouvement sur de longues distances de manière rapide, efficace et sans retard. MAX et la maintenance prédictive sont particulièrement intéressants pour les aéroports : lorsque tout fonctionne sans accroc, les personnes restent en mouvement et les engorgements sont évités, ce qui rend tout le monde plus satisfait.

Mais il y a un autre système de mobilité qui pourrait profiter de MAX dans les aéroports. Le « pont d’embarquement de passagers » est le couloir mobile qui relie les portes d’embarquement et d’arrivée aux portes de l’avion. Inutile d’expliquer pourquoi ces solutions de mobilité sont si importantes pour la connectivité humaine internationale.

Il n’est donc surprenant pour personne que thyssenkrupp Elevator envisage de lancer MAX pour les ponts d’embarquement de passagers et ainsi de permettre la maintenance prédictive pour ces passages essentiels à la mobilité mondiale.

Les escaliers mécaniques de l’aéroport de Lyon dépendent de MAX