Technology

L’essor de la livraison des biens par drone

L’idée de la livraison par drone circule depuis déjà quelques années. L’engouement a été alimenté par Amazon, qui a annoncé le lancement de Prime Air avec la promesse de livrer des biens en 30 minutes. Quelle est réellement la probabilité de voir la livraison par drone se développer doucement ? Restera-t-elle une simple utopie ?

Les détaillants et les services de livraison de colis se disputent la première place et développent des innovations, mais d’autres secteurs tels que la livraison de matériel médical sont déjà bien positionnés avec de petits réseaux. Les villes explorent également les possibilités offertes par l’utilisation des drones dans les zones à forte densité. Urban Hub passe en revue les réglementations et les solutions à adopter.

Technology
Utiliser moins de ressources pour stimuler le changement - Quel est le moteur du monde ? Les technologies innovantes. Et en matière de mobilité, de construction, d’énergie et de production, les innovations écologiques modifient particulièrement l’environnement des individus et leur manière d’interagir avec lui.
108 vues

Le drone est arrivé

Les technologies entièrement automatisées et connectées exercent une fascination grandissante, notamment quant à l’influence qu’elles exerceront sur notre vie et nos lieux de travail. Elles peuvent contribuer à réduire les embouteillages et la pollution ainsi qu’à renforcer l’efficacité des services. Le drone appartient à la nouvelle génération et promet d’accélérer considérablement les livraisons.

Ayant fait les gros titres avec son service de livraison par drone Prime Air, Amazon fait figure de chef de file. Cependant, d’autres géants internationaux tels que Google et Walmart sont aussi entrés dans la course. UPS propose même une combinaison unique de drone et de camionnette de livraison, ce qui a le potentiel d’accélérer l’introduction de la livraison par drone dans les centres urbains.

Les réseaux de drone à plus petite échelle se sont déjà bien implantés. Par exemple, des drones sont utilisés avec succès pour livrer du matériel médical dans des zones reculées. D’autres secteurs s’y intéressent, tels que la construction, l’arpentage et la distribution postale.

Jusqu’à présent, ces exemples se sont limités aux zones suburbaines ou peu peuplées. Toutefois, des villes comme Zurich (Suisse) et Reykjavik (Islande) se lancent également dans l’aventure et tâtent le terrain, explorant comment les drones pourraient améliorer l’infrastructure et les services fournis par les villes aux citoyens.

À quel point les consommateurs ont-ils confiance en la livraison par drone ?

Pourquoi un tel engouement pour le drone ?

À première vue, un drone ressemble plus à un jouet pour enfant qu’à un appareil sophistiqué censé changer notre mode d’achat ou nos attentes concernant la livraison de biens. Pourtant, des esprits novateurs se hâtent de réfléchir à de nouvelles infrastructures et à de nouveaux modèles commerciaux afin d’exploiter les atouts des drones. Pourquoi ?

L’avantage le plus évident est la vitesse. Les drones volent en ligne droite d’un point A à un point B, à l’inverse des camions de livraison circulant sur des routes sinueuses. De plus, ils survolent avec désinvolture les embouteillages dans les zones urbaines congestionnées. Les régions reculées disposant d’une mauvaise infrastructure routière sont également plus accessibles. Par ailleurs, les clients aiment pouvoir suivre la progression du drone et ne plus avoir à s’accommoder de délais de livraison incertains.

La livraison par drone engendrera une baisse des coûts du travail manuel liés à la livraison des colis. Les entreprises bénéficieront ainsi d’un meilleur retour sur investissement. Les drones pourraient également réduire l’impact sur l’environnement par rapport aux modes de livraison classiques. Plus rapides, rentables et écologiques, ils offriraient un avantage concurrentiel décisif aux détaillants.

Alors pourquoi personne n’a encore sauté sur l’occasion ?

Si un gros titre laisse penser que la livraison par drone est en passe de devenir réalité, un autre suggère qu’elle n’est pas encore pour demain. Qu’en est-il réellement ? La technologie est-elle mûre ? Les réglementations nécessaires seront-elles mises en place ? Les consommateurs ont-ils assez confiance ?

Les vols de drone entièrement autonomes servent déjà à effectuer des levés sur les exploitations minières et les sites de construction. La technologie opérationnelle des drones est désormais facile à utiliser. Il reste toutefois du travail à faire pour leur utilisation dans le domaine de la livraison, notamment en matière d’évitement des collisions, de réduction du bruit et de résistance aux intempéries. De plus, toute l’infrastructure logistique doit encore être améliorée.

Le véritable obstacle est le cadre réglementaire. Aux États-Unis, la FAA (Federal Aviation Administration) stipule que les drones doivent être contrôlés par un opérateur humain et rester dans le champ de vision de ce dernier. En 2017, de nouveaux décrets ont autorisé les gouvernements locaux à demander une dérogation pour tester des systèmes de trafic aérien de drone. Cela ne signifie toutefois pas que les drones ont le feu vert, loin de là.

De plus, l’espace aérien potentiellement encombré doit encore mettre au point un système de gestion de suivi automatisé. La NASA travaille avec les principaux fabricants de drones pour développer un tel système, mais celui-ci ne devrait pas être achevé avant 2025.

Quelles que soient la technologie ou les règles, la confiance des consommateurs sera décisive. Certaines études révèlent que face à la promesse d’une satisfaction presque immédiate, ceux-ci ouvriront leur porte à la livraison par drone. Pourtant, selon d’autres indicateurs, ils voudront d’abord être sûrs que les drones ne nuiront pas à leur sécurité et à leur vie privée.

L’économie des drones

En plus de réduire les coûts du travail, la livraison par drone est présentée comme étant intrinsèquement plus économique que la livraison par camion. Mais comment cela est-il possible, sachant qu’un drone ne peut livrer qu’un seul colis à la fois avant de revenir à l’entrepôt ?

La règle de la livraison du dernier kilomètre – la partie critique du trajet d’un produit – est que le coût de chaque livraison reste faible si un grand nombre de colis sont livrés sur une courte période, ou alors s’ils sont livrés au même endroit. Toutefois, si les colis sont légers (moins de 2 kg) et livrés sur une courte distance (idéalement pas plus de 16 kilomètres), les drones constituent une solution économique.

Ce potentiel ne peut être exploité que si les entreprises investissent au préalable dans la construction de centres d’approvisionnement au sein de la zone qu’elles souhaitent desservir. Cela ne devrait être qu’un obstacle mineur pour certaines d’entre elles. D’après Walmart, 70 % des Américains résident dans un rayon de 8 kilomètres autour d’un magasin Walmart, et Amazon se penche déjà sur la construction de « centres de traitement ».

 

 

Des colis qui tombent du ciel – regardez la première livraison Prime Air, effectuée dans le cadre d’une période d’essai à Cambridge, au Royaume-Uni.

La course de la livraison par drone est lancée

Amazon a annoncé le lancement de Prime Air fin 2013. L’entreprise a conclu un accord avec la Civil Aviation Authority du Royaume-Uni pour effectuer des livraisons d’essai dans les banlieues britanniques en 2016. Réalisée par un drone guidé par GPS et volant à environ 120 mètres du sol, la première livraison Prime Air n’a pris que 13 minutes. Amazon prévoit d’étendre ces essais à des dizaines de clients dans la région de Cambridge.

En 2017, Google a pris part à toute une série de tests réalisés par la NASA et la FAA. Son projet de drone « Project Wing » vise à développer des logiciels pour gérer automatiquement toutes sortes de drones conçus par une grande variété de fabricants. Si ce projet aboutit, un aspect clé du système de livraison par drone sera mis en place. D’ici là, on peut voir les drones Project Wing effectuer des vols d’essai en Australie pour livrer des burritos !

UPS ne prévoit pas de remplacer les camionnettes de livraison, mais d’y associer les drones. Plus besoin de devoir construire d’autres entrepôts : la camionnette rapprochera les colis de leur destination finale, puis le drone se chargera de parcourir le dernier kilomètre. UPS a calculé qu’elle pourrait économiser 50 millions de dollars par an en enlevant un kilomètre à chaque trajet. Le duo camionnette-drone pourrait également être la solution idéale en ville.

Le duo de livraison camionnette-drone

Optimiser le trajet d’un point A à un point B

Avec les premiers essais en cours, il existe de nombreuses opportunités d’optimiser la logistique et les infrastructures tout en introduisant des innovations intéressantes tout au long de la chaîne logistique, depuis le centre d’approvisionnement jusqu’à l’atterrissage final.

L’entrepôt sera au cœur du réseau de la livraison par drone. Si la perspective d’un paysage parsemé de dizaines d’entrepôts facilitant les livraisons par drone n’a rien de réjouissant, elle est toutefois plausible. En revanche, des problèmes se posent en ville. La solution idéale pour Amazon serait une sorte de tour urbaine ressemblant à une ruche – un entrepôt à plusieurs niveaux capable d’envoyer des dizaines de drones dans le ciel.

Au point de réception final chez le client, une plateforme d’atterrissage pourrait être installée pour signaler au drone où se poser. En ville, les toits pourraient servir de points de réception. Parmi les autres solutions figurent le parachutage. Afin de dissiper les craintes des clients quant aux risques de blessure, les nouveaux modèles de drone ont des pieds plus longs et sont dotés de mécanismes visant à arrêter les hélices lorsqu’elles s’approchent d’un objet étranger.

Les « ruches » d’Amazon optimisent la logistique dans les centres urbains

Le drone dans les grandes villes

La vision qu’a Amazon d’une structure semblable à une ruche constitue une réponse assez insolite au défi des centres d’approvisionnement urbains. Les villes se penchent sur la question des drones et conçoivent leur propre stratégie de réussite. Les drones présentent un énorme potentiel d’intégration aux technologies intelligentes existantes et de réduction des embouteillages urbains.

Dans le cadre du nouveau projet « The Flying High Challenge » lancé au Royaume-Uni, cinq villes chercheront comment utiliser les drones de manière créative et efficace en milieu urbain. Ensemble, elles aborderont les enjeux réglementaires et de sécurité pour ouvrir des débouchés commerciaux, et elles étudieront également comment les drones peuvent améliorer les services tels que la sécurité routière et les soins d’urgence.

À Reykjavik, un service de livraison de nourriture entièrement opérationnel fourni par AHA, une plateforme en ligne pour les restaurants, est déjà en plein essor. Pour l’instant, il se limite à une seule route qui traverse la baie. Le service fonctionne en tandem avec un coursier à vélo, mais la prochaine étape consistera à livrer les colis dans le jardin du client. Avec ses voies navigables et ses routes sinueuses, la ville est un lieu idéal pour bénéficier des drones.

Zurich a commencé à tester un système alliant camionnettes et drones. Ce sera la première fois qu’une ville effectue une opération de drone sortant de notre champ de vision. Celle-ci prévoit un délai de livraison de deux heures, depuis le centre de distribution jusqu’au client. La camionnette fait ici office de plateforme de distribution roulante, et l’idée est de livrer tout type de produit, qu’il s’agisse d’un simple café ou de matériel médical.

La livraison par drone en ville pourrait reposer sur des plateformes d’atterrissage sur les toits

Le drone dans les grandes villes

La vision qu’a Amazon d’une structure semblable à une ruche constitue une réponse assez insolite au défi des centres d’approvisionnement urbains. Les villes se penchent sur la question des drones et conçoivent leur propre stratégie de réussite. Les drones présentent un énorme potentiel d’intégration aux technologies intelligentes existantes et de réduction des embouteillages urbains.

Dans le cadre du nouveau projet « The Flying High Challenge » lancé au Royaume-Uni, cinq villes chercheront comment utiliser les drones de manière créative et efficace en milieu urbain. Ensemble, elles aborderont les enjeux réglementaires et de sécurité pour ouvrir des débouchés commerciaux, et elles étudieront également comment les drones peuvent améliorer les services tels que la sécurité routière et les soins d’urgence.

À Reykjavik, un service de livraison de nourriture entièrement opérationnel fourni par AHA, une plateforme en ligne pour les restaurants, est déjà en plein essor. Pour l’instant, il se limite à une seule route qui traverse la baie. Le service fonctionne en tandem avec un coursier à vélo, mais la prochaine étape consistera à livrer les colis dans le jardin du client. Avec ses voies navigables et ses routes sinueuses, la ville est un lieu idéal pour bénéficier des drones.

Zurich a commencé à tester un système alliant camionnettes et drones. Ce sera la première fois qu’une ville effectue une opération de drone sortant de notre champ de vision. Celle-ci prévoit un délai de livraison de deux heures, depuis le centre de distribution jusqu’au client. La camionnette fait ici office de plateforme de distribution roulante, et l’idée est de livrer tout type de produit, qu’il s’agisse d’un simple café ou de matériel médical.

Les drones promis à un bel avenir

Qu’elles soient développées par des géants de l’industrie, des gouvernements ou des start-up, les solutions en cours d’innovation nous poussent à nous ouvrir au potentiel qu’offrent ces « objets volants identifiés ». Avec leur lot de promesses alliant économies considérables, sécurité, livraison rapide et clients satisfaits, la question n’est plus de savoir « si » les drones perceront, mais « quand ».

Selon la plupart des experts, les livraisons par drone dans le secteur commercial ne devraient pas vraiment décoller avant 2021, car il reste des obstacles réglementaires et des problèmes logistiques à surmonter. Actuellement, il est plus probable que les drones soient utilisés dans des zones à faible densité, et à plus petite échelle dans les villes. Quelle que soit leur application, il est certain qu’ils feront partie intégrante du paysage céleste.