Sustainability

Villes accessibles – Plus de zones piétonnes et moins de voitures

Les villes à la pointe du développement durable s’efforcent en permanence d’offrir un environnement plus écologique et supportable aux habitants. En parallèle, la croissance économique augmente la pression pour plus de transports, ce qui se traduit par des embouteillages, du stress, du temps perdu et de la pollution de l’air.

Comment gérer ces deux tendances opposées ? Au-delà des tentatives de réduire le trafic, des villes sont en train d’expérimenter des journées ou zones sans voitures. URBAN HUB a observé des projets dans le monde qui pourraient contribuer à un urbanisme beaucoup moins dominé par les voitures.

Sustainability
Pour un avenir en harmonie avec l’environnement - Le développement durable en matière d’environnement repose sur la réduction des déchets et de la consommation, ainsi que sur un passage au vert grâce à des ressources durables et écologiques, telles que les énergies solaire et éolienne ou encore les matériaux pouvant être infiniment recyclés.
1036 vues

Fait le 09/12/2016

Le long chemin vers moins de voitures

Pendant plus d’un siècle, les urbanistes se sont concentrés sur le développement de villes conçues pour les voitures – au détriment des piétons. Mais avant l’avènement de la voiture, nos rues servaient d’espaces de sociabilisation, de réunion entre voisins, de commerce de rue et de jeu pour les enfants.

L’idée principale du mouvement de piétonnisation est de repenser l’urbanisme et concevoir des villes pour les gens plutôt que les voitures. Les partisans de la piétonnisation affirment que moins de voitures signifie également moins de stress et une gestion du temps plus efficace, sans oublier un air plus propre et des villes plus attractives. Au final, les entreprises en profitent aussi.

Toutefois, notons que les zones piétonnes ne fonctionnent pas si bien lorsque le plan local d’urbanisme oblige les quartiers à être exclusivement résidentiels ou commerciaux. Cette forme de zonage compartimenté rend la vie sans voiture extrêmement difficile. Les zones sans voitures fonctionnent le mieux dans les zones mixtes où la plupart des services sont accessibles à pied.

The road to less traffic

Étape 1 : Moins de voitures avec le soutien des habitants

La plupart des villes l’ont compris : il est plus pertinent d’y aller progressivement. L’approche de Tallinn, la capitale estonienne, a été simplement de rendre les voitures moins attractives en rendant les transports publics complètement gratuits. Sa voisine Helsinki (Finlande) prépare un système point à point de mobilité sur demande conçu pour réduire les avantages d’être propriétaire d’une voiture.

Gand (Belgique) se dirige aussi vers une ville sans voitures en mettant la priorité sur le soutien de la population. C’est pourquoi la ville a présenté le projet Living Street. Les habitants peuvent demander à ce qu’une partie de leur rue soit fermée au trafic pendant plusieurs mois. Ils découvrent ainsi des solutions de stationnement de substitution et des moyens alternatifs de transport tels que les vélos électriques et « vélos-cargo ».

Barcelone (Espagne) teste un plan de réduction du trafic très intéressant reposant avant tout sur des « superilles » piétons, ou « superblocs ». Les superblocs sont créés par exemple sur la base d’une zone carrée de neuf pâtés de maison (comme une face de Rubik’s cube) fermée à la circulation. Cela a pour effet de créer une zone plus ouverte aux piétons à l’intérieur du superbloc.

 
Les superblocs de Barcelone ont réduit la pollution et les embouteillages

Étape 2 : Expérimentation avec les journées sans voitures

Parfois, il ne s’agit pas seulement de rendre la ville aux piétons. La réduction du trafic automobile peut aussi être un enjeu de santé publique. Lorsque Paris a atteint des niveaux dangereux de pollution atmosphérique, la maire a organisé en urgence une journée sans voitures pour obtenir une amélioration immédiate. Cela a abouti à l’initiative Paris Respire, qui crée régulièrement des zones sans voitures dans Paris les dimanches et pendant les vacances. Le problème perdure, mais la situation progresse.

Hors Europe, Bogota (Colombie) ferme environ 120 km de routes publiques une fois par semaine. Cette initiative, appelée « Ciclovía », existe depuis les années 70. Et Suwon (Corée du Sud) montre la voie d’une piétonnisation accrue en Asie. La ville a réalisé une expérience réussie où les habitants se sont déplacés sans voiture pendant un mois complet.

Étape 3 : Définir des zones sans voitures

Est-ce que les villes peuvent définir des zones permanentes sans voitures ? Oui, bien sûr. De nombreuses villes dans le monde ont déjà des zones piétonnes, mais généralement une seule en centre-ville. La piétonnisation en revanche nécessite plus de zones en ville pour que celle-ci soit dominée par l’activité humaine plutôt que par le trafic automobile.

Certaines villes connaissent déjà de grandes réussites : Gand possède aujourd’hui une zone piétonne de 30 hectares. D’autres sont encore en planification. Oslo (Norvège) et Madrid (Espagne) prévoient d’interdire les voitures du centre-ville respectivement d’ici 2019 et 2020.

Pas d'espace pour les voitures à Temple Street à Hong Kong

Rien de nouveau

Bien sûr, il n’y a pas si longtemps, le monde entier ne connaissait pas la voiture et il reste quelques opposants modernes qui n’ont jamais adhéré au concept. Des villes comme Venise (Italie), l’île Mackinac (Michigan, États-Unis), Fès el-Bali (Maroc) et Zermatt (Suisse) nous rappellent qu’une société sans voitures est possible.

Bien sûr, interdire les voitures n’est pas souhaitable dans de nombreuses situations. Des alternatives surprenantes comme les « podcars » sans conducteur de Singapour pourraient devenir un bon moyen de réduire notre dépendance vis-à-vis la voiture, ainsi que d’autres solutions de transports comme le Sewgay PT, les voitures sans conducteurs et l’autopartage.

Conjuguées, ces solutions développent le transport multimodal dont nous avons vraiment besoin pour couvrir tous les besoins. Nous ne devons pas nous débarrasser des voitures : nous devons rendre d’autres options plus attractives. Le tapis roulant ultra-rapide ACCEL est une option pour étendre la portée des métros et couvrir les cent derniers mètres qui incitent souvent les gens à prendre la voiture.

Quel que soit l’avenir des véhicules à moteur dans votre ville, il existe de nombreux modèles d’inspiration pour nos rêves d’une ville plus respirable et plus saine.

 
L'urbaniste Jeff Speck donne une conférence TED sur les « walkable cities », les villes adaptées à la marche.