Sustainability

Les universités et les entreprises s’associent pour des collaborations profitant à tous

Les universités et les entreprises privées mènent des activités de R&D technologiques de haut niveau. Toutefois, leurs motivations sont traditionnellement différentes. Les universités font des recherches afin de dévoiler de nouvelles connaissances, tandis que le but ultime d’une entreprise est le profit. Deux facteurs les rapprochent : les universités adoptent davantage une perspective d’entrepreneur, et les entreprises ont une meilleure appréciation du savoir-faire des chercheurs universitaires ainsi que de la manière dont cela peut contribuer à leur succès commercial. Aujourd’hui, la collaboration est essentielle afin d’apporter avec succès les nouveaux résultats de recherches sur des marchés compétitifs.
Sustainability
Pour un avenir en harmonie avec l’environnement - Le développement durable en matière d’environnement repose sur la réduction des déchets et de la consommation, ainsi que sur un passage au vert grâce à des ressources durables et écologiques, telles que les énergies solaire et éolienne ou encore les matériaux pouvant être infiniment recyclés.
881 vues

Fait le 13/06/2018

Une union impossible ?

Bien que l’histoire du partenariat université-entreprise remonte à plus de cent ans, l’idée selon laquelle leurs valeurs fondamentales divergentes empêchent une coopération bénéficiant aux deux parties demeure. Pour résumer, un chercheur souhaite partager ses découvertes avec le public et une entreprise souhaite partager des produits commercialisables avec le consommateur.

Un examen plus approfondi révèle cependant plus de similitudes que de divergences. Tandis que les universités se concentrent sur l’éducation et les nouvelles connaissances, un nombre croissant d’entreprises font office de pont afin d’aider à transformer les nouvelles avancées en produits que le public peut vraiment utiliser. Une fois sorties de la bulle universitaire, les nouvelles découvertes et les technologies innovantes prospèrent.

La clé pour créer une coopération réussie entre universités et entreprises repose sur le respect mutuel du champ d’expertise de chacun. Il est également important de parvenir à un accord dès le début concernant les paramètres et les objectifs de la recherche menée du côté universitaire et la manière dont les résultats seront partagés et utilisés du côté de l’entreprise.

Deux paires de mains valent mieux qu’une

Le souhait d’élaborer une collaboration universités-entreprises solide vient du fait que d’innombrables défis doivent être relevés dans notre monde moderne, que ce soit dans le domaine de la médecine, des nouvelles technologies ou de la science. En d’autres termes, il est temps de mettre les ressources en commun.

Par le passé, les universités ont sollicité les dons d’entreprises ou les bourses accordées par le secteur privé de manière plutôt fragmentaire : chercheur par chercheur, projet par projet. Les sociétés ont quant à elle conclu des contrats de recherche pour, par exemple, aider à licencier des brevets. Ce modèle présentait un risque minimal pour les deux parties mais sa portée était assez limitée.

Aujourd’hui, la concurrence croissante pour les connaissances requiert que les deux secteurs étendent leur collaboration. Le modèle de « recherche pour embaucher » basé sur les transactions doit évoluer vers une collaboration à long terme, et nous voyons apparaître de nouveaux modèles de partenariat.

Modèles de partenariat

De nos jours, la recherche universitaire tend vers une approche interdisciplinaire. En créant des infrastructures articulées autour d’un domaine de recherche particulier et partagées entre les départements et disciplines, l’université parvient davantage à attirer les partenaires potentiels du secteur privé intéressés par une recherche collaborative, très ciblée et à long terme.

Un autre modèle, l’incubateur d’entreprises, est un mot d’ordre récent sur la scène de la collaboration université-entreprise. Cette résidence sur le campus pour une entreprise permet aux partenaires industriels de jouer un rôle actif dans la recherche universitaire et donne aux étudiants un accès au monde professionnel, ce qui les aide à se préparer aux étapes suivant leurs études.

Ce modèle, également nommé accélérateur, fait souvent office de tremplin pour les start-up ou les entreprises créées par essaimage. La nouvelle entreprise, implantée dans le milieu universitaire, conserve son lien avec le monde universitaire, créant une nouvelle dimension dans la coopération, qui croît et se développe.

Prendre un bon départ

Les alliances stratégiques à long terme dans un domaine d’études spécifique deviennent de plus en plus la norme. Mais comment créer un partenariat durable ? Trouver les personnes adéquates est toujours un bon début. Les deux parties doivent favoriser des responsables capables de combler l’écart et de créer des liens entre les mondes de l’entreprise et de l’université.

Les entreprises chercheront un « entrepreneur en résidence » (EIR), la personne-ressource dans un champ de recherche bénéficiant d’une grande expérience et d’antécédents positifs dans la production de résultats commercialisables. Les universités chercheront des partenaires qui comprennent que son but ultime n’est pas toujours le profit et qui auront le plus d’impact sur leurs résultats.

Par exemple, au Royaume-Uni, le département d’ingénierie de l’université de Northampton collabore avec thyssenkrupp Elevator pour effectuer des recherches sur la modélisation, les vibrations et les flux d’air. Souvent, les responsables de projet et les directeurs de département sont invités à donner des conférences sur les applications pratiques ou sur le transfert de la théorie et des nouvelles découvertes dans un cadre industriel. Une coopération similaire a lieu aux États-Unis avec le Georgia Tech.

Pourquoi la collaboration est l’avenir

La collaboration – en particulier celle entre les universités et les entreprises – va devenir de plus en plus importante à l’avenir. Des facteurs tels que la baisse des ressources financières, la concurrence des économies émergentes et les développements technologiques toujours plus complexes rendent le paysage tout simplement trop versatile pour agir seul.

Les entreprises qui n’établissent pas de pont vers le secteur de l’université manqueront l’opportunité d’accéder à des recherches avant-gardistes et à de nouvelles découvertes commercialisables. En outre, elles seront isolées des étudiants qui deviendront potentiellement de jeunes professionnels et apporteront une mine de connaissances à leur entreprise.

Le monde de l’université voit maintenant les avantages qu’il peut obtenir à regarder au-delà de la théorie et à jouer un rôle actif, en supervisant le transfert de nouvelles connaissances dans des applications pratiques. Au lieu de protéger les recherches, les universités deviennent gardiennes de collaborations avec les entreprises qui utilisent leurs connaissances du marché pour apporter les nouvelles découvertes au public dans des applications concrètes.

Image Credits:

Tech Tower closeup, photo by Brooke Novak, taken from flickr.com

University of Otago, photo by Ulrich Lange, taken by Wikimedia Commons