Energy Efficiency

Villes côtières « climate-proofing » contre les crues et la montée des eaux

Ouragans dévastateurs au Texas et à Porto Rico, violents typhons dans le sud de la Chine, inondations liées à la mousson bien pires que les années précédentes en Inde et au Bangladesh : la situation va-t-elle encore s’aggraver ? Malheureusement oui. Ces phénomènes extrêmes vont s’intensifier et devenir banals tandis que le niveau de la mer continue d’augmenter.

Ces événements vont concerner la grande majorité des villes à l’échelle mondiale. Existe-t-il des solutions ? Oui ! La bonne nouvelle, c’est que de nombreuses villes ont déjà commencé à prendre des mesures, alliant intelligemment bon sens et haute technologie pour protéger leurs habitants et leurs lieux de vie. Rejoignez URBAN HUB pour visiter certaines d’entre elles.

Energy Efficiency
Économiser l’énergie tout en éliminant les déchets - L’efficacité énergétique dépend en outre de l’expansion des énergies durables, telles que le solaire ou l’éolien.
397 vues

Fait le 01/03/2018

Que se passe-t-il ?

Le changement climatique est une réalité. Le réchauffement de la planète causé par les activités humaines fait fondre les calottes glaciaires. Par conséquent, la quantité d’eau augmente dans les océans du monde entier – entraînant une élévation du niveau de la mer – et les modèles climatiques auxquels nous nous sommes habitués s’en trouvent perturbés. Mais ce n’est qu’une partie du problème.

Avec l’extension des villes, beaucoup de terres indispensables pour filtrer l’eau à travers le sol et la réacheminer vers les rivières, les lacs et les mers ont fini par être recouvertes de constructions. Les rues pavées entraînent l’eau de pluie vers les canalisations et les égouts, qui se remplissent et se bouchent dans les situations extrêmes. Avec le temps, ce manque de planification urbaine durable a fait naître une situation intenable.

Que pouvons-nous faire ? Exemples de villes qui agissent

Beaucoup de villes ont commencé à expérimenter des solutions, à tester de nouvelles technologies et à inspirer d’autres villes en concevant des projets réalisables. La ville de Chicago (Illinois) en fait partie. Son principal problème est la pluie et la neige. On estime que les précipitations y seront 40 % plus élevées en 2100.

Chicago teste notamment le revêtement perméable : la pluie et la neige fondue sont absorbées par la roche poreuse. Celle-ci contient des microbes qui dépolluent l’eau. Cette eau purifiée est ensuite acheminée vers les usines environnantes ou dans le lac Michigan. 80 % des précipitations sont ainsi détournées des égouts de la ville. La plus ambitieuse de ces « allées vertes » s’étend pour l’instant sur 3,2 km.

Villes-éponges en Chine

En Chine, le gouvernement a lancé la conception et la construction ambitieuses de 16 « villes-éponges ». Le nouveau centre-ville de Changde (1,3 million d’habitants) comportera des rues bordées de canaux appelées « éco-boulevards » qui permettront à l’eau des crues de s’écouler naturellement à travers la ville sans perturber le quotidien des habitants. Dans ce bassin fluvial de faible altitude, les bâtiments denses seront construits sur des terrains légèrement surélevés. L’objectif est de s’allier à la nature et non de l’affronter.

Le Climate Proof Program à Rotterdam

Certains quartiers de Rotterdam, ville néerlandaise bordant la mer du Nord, sont situés à environ 7 m en dessous du niveau de la mer. La ville possède déjà un impressionnant système de digues ainsi que le Maeslantkering, un gigantesque barrage anti-tempête. La municipalité s’est lancée dans un mégaprojet de plusieurs années qui vise notamment à renforcer ces solutions dites « dures ».

Mais le Rotterdam Climate Proof Program comporte également une série complète de nouvelles mesures plus « douces » comme la protection de zones humides vitales et la plantation de plus d’arbres et de plantes. Autre solution trouvée : des bassins qui collectent temporairement les précipitations ruisselant des espaces bâtis environnants. Le bassin Benthemplein, par exemple, peut stocker 1 800 m3 d’eau.

 

Le Maeslantkering possède deux bras de la taille de la Tour Eiffel qui se referment pour protéger Rotterdam des assauts de la mer. Regardez cette vidéo en accéléré de 20 secondes pour voir comment fonctionne cet immense barrage anti-tempête.

Couloirs côtiers autour de New York

En 2012, l’ouragan Sandy a été un électrochoc pour New York et tout le nord-est des États-Unis. Destructeur et mortel, Sandy est le troisième ouragan le plus coûteux de l’histoire américaine. C’est en partie pour cela qu’un projet actuellement à l’étude vise à perfectionner les éco-boulevards et à les transformer en couloirs côtiers dans toute la région.

Le projet comprendrait plusieurs bandes vertes reliant les terres intérieures et la côte qui permettraient aux basses-terres de rester à l’état – quasiment – naturel ou d’y revenir. Les bâtiments construits sur des terrains surélevés et les quartiers urbains existants seraient « densifiés ». Il y aurait ainsi une alternance de couloirs contigus, les uns servant à la gestion naturelle de l’eau et les autres étant réservés aux bâtiments et aux routes.

Mégaprojet polyvalent à Singapour

Le Marina Barrage and Reservoir permet à la cité-État de Singapour de protéger son centre-ville de la mousson et de la hausse du niveau de la mer. Cette immense construction permet de stabiliser les flux marins, d’améliorer le drainage et de réduire le nombre de zones inondables de cette ville située à très basse altitude. Cela pourrait inspirer d’autres villes proches du niveau de la mer telles que Jakarta.

Ce projet comprend également un système permettant de mieux collecter les eaux de pluie. Celui-ci fournit désormais 10 % des besoins en eau douce de Singapour. Le projet Marina a en outre permis de créer de nouveaux espaces verts, de loisirs en extérieur et de tourisme et a ainsi amélioré la qualité de vie des habitants.

D’autres villes relèvent ce défi

Il existe beaucoup d’autres villes qui gèrent la montée des eaux de manière créative, en voici quelques exemplesਅ :

  • À Dhaka (Bangladesh), des conteneurs maritimes fonctionnant à l’énergie solaire sont transformés pour pouvoir abriter les services municipaux vitaux. Ils sont équipés de bouteilles plastiques recyclées pour pouvoir flotter en cas d’inondation.
  • La ville de Da Nang (Vietnam) a lancé un programme de logement anti-inondation qui propose des crédits et des lignes de crédit aux familles les plus pauvres pour rénover leur maison (ou en construire une nouvelle) afin qu’elle résiste aux crues.
  • La ville de Surate (Inde) a mis en place un système d’alarme précoce de pointe pour alerter les habitants en cas d’inondation imminente et ainsi éviter les scènes de panique lorsque les habitants cherchent à se mettre à l’abri.

 

Cette courte et magnifique vidéo d’animation de l’OCDE (Organisation de Coopération et de Développement Économiques) montre ce que de nombreuses autres villes telles que Copenhague, Yokohama, Toronto et Sydney font pour s’adapter au changement climatique.

Considérer le climate-proofing (l’adaptation urbaine au changement climatique) comme une chance

Nous l’avons vu, de nombreuses villes utilisent la technologie de manière créative pour mieux faire face aux inondations. Mais ce n’est pas tout : investir dans ces mégaprojets infrastructurels peut également profiter à l’environnement et à la faune avoisinante, embellir les villes et offrir plus d’activités de loisirs aux habitants.

Le marché de l’emploi s’en trouve également stimulé. Après tout, les infrastructures ne se construisent pas toutes seules. Si nous agissons maintenant, nous pourrons adapter nos villes au changement climatique. Par un effet domino, nous créerons d’autres bienfaits qui ensemble contribueront à rendre nos villes plus agréables à vivre que jamais.

Que fait votre ville pour s’adapter au changement climatique ?