Surmonter les défis de la densité urbaine

people-density-vertical-density-interpreted

Les villes grandissent constamment. L’explosion démographique, qui a presque eu lieu du jour au lendemain, a soulevé des questions sur la durabilité et l’habitabilité des métropoles ainsi que sur la pression exercée sur les ressources et l’espace. Certaines populations urbaines s’étendent jusqu’en périphérie tandis que d’autres se concentrent autour du centre urbain.

La théorie de l’urbanisation étudie le déplacement de la population vers les villes en observant avec attention les chiffres, la densité et la répartition de la population mais aussi la façon dont une ville grandit vers l’extérieur ou « verticalement ». La théorie de l’urbanisation considère souvent la densité urbaine comme étant une occasion de chérir les progrès en matière de construction verticale tout en fournissant de meilleures perspectives économiques.

Read more...

La vie urbaine à forte densité

Lorsque l’on aborde le sujet de la croissance des centres urbains, on évoque de nombreux facteurs dont l’infrastructure, la modernisation, la durabilité et les services publics. Pour de nombreux urbanistes, la taille et la densité de la population sont déterminantes pour la réussite ou l’échec économique d’une ville.

La densité de population désigne le nombre d’habitants par kilomètre carré dans une zone déterminée. Mais pour certains, les villes densément peuplées sont synonymes de foules ingérables et de conditions invivables. Néanmoins, pour les urbanistes, la densité de population est source de possibilités. Ils mettent en avant le fait que la « densité urbaine » peut rendre le progrès et la croissance accessibles à davantage de personnes.

List of the most populated cities

Plus on est de fous, plus on rit?

Certains théoriciens de l’urbanisation sont d’avis que les villes plus denses ont davantage de chances d’être plus productives, novatrices et énergétiquement autonomes.

Cependant, on ne peut pas ignorer le fait que certaines des villes les plus denses au monde sont aussi parmi les plus pauvres. Alors, comment la densité peut-elle plutôt être source de développement que de stagnation ? Simplement parce qu’une forte densité suscite des interactions humaines qui constituent le cœur de l’innovation économique.

Des statistiques indiquent que les endroits plus densément peuplés favorisent la mobilité économique. Il est plus facile d’atteindre un autre niveau économique à New York que dans une banlieue isolée. Les perspectives sont tout simplement plus nombreuses, et elles sont plus faciles à exploiter dans des villes denses et modernes qui disposent d’une meilleure infrastructure et d’un réseau efficace.

La densité verticale fait la différence

Oui. Des bâtiments plus élevés maintiennent le prix du loyer et de l’énergie à un faible niveau. Restreindre la densité verticale fait gonfler les prix et permet à moins de personnes de vivre confortablement. La densité verticale est donc bénéfique à la planète.

Prenons l’exemple de Bombay. Les limites en hauteur de développement ont diminué le nombre d’habitations, augmenté leur prix et les ont mis à l’écart d’une meilleure infrastructure. Singapour, en revanche, possède un centre-ville où de nombreux gratte-ciel s’élèvent vers le ciel. Hong Kong, encore plus verticale, a réussi à combiner densité verticale avec rues adaptées aux piétons et passerelles pour marcher.

En associant la vie en hauteur à des transports publics bien développés, des réseaux énergétiques efficaces et des espaces verts, les villes peuvent tirer profit d’une densité élevée et permettre aux habitants de mieux se sentir dans leur ville. 

 

L’effet de canyon

On est tous déjà passé par là : un « canyon » de gratte-ciel déserté en dehors des heures de travail. Ce genre d’étendues urbaines vers le haut, si elles sont exagérées, isolent les occupants et les résidents au lieu de favoriser l’innovation. 

Il est indispensable de penser à ce qui se passe au sol quand on construit des bâtiments élevés. Il est nécessaire de pouvoir se déplacer facilement entre les gratte-ciel, qui doivent être bien reliés à l’infrastructure locale. En permettant de se déplacer rapidement entre les bâtiments, on montre également que les derniers étages peuvent constituer un lieu de vie agréable et meilleur. 

Les gratte-ciel doivent attirer les gens à l’intérieur et non les renfermer et les isoler.

Number of skyscrapers in urban centers Number of skyscrapers in urban centers
Vertical density of cities compared by number of skyscrapers

La densité verticale destinée à élever les villes

Il va de soi que les villes doivent se construire à la verticale pour abriter des populations denses. L’expérience montre que la densité sans gratte-ciel n’est pas vouée à la réussite.

Évidemment, des mesures peuvent être prises pour s’assurer qu’une ville ne perde pas son cœur et son âme au milieu d’une forêt de grands bâtiments. Prenons l’exemple de Paris. La ville est plus dense que Manhattan mais a lentement intégré des gratte-ciel à son futur aménagement urbain. 

Les hauts bâtiments élèvent les villes densément peuplées pour ainsi faire de la place à des paysages urbains variés. Au lieu de stagner sous la croissance, les villes peuvent utiliser la densité verticale pour retrouver un nouveau souffle et laisser place à de nouvelles idées, mais aussi pour garder les mégalopoles en vie.

Hong Kong Skyline Hong Kong Skyline
Hong Kong: The city with highest vertical density

Credits

Image 1: Sao Paulo by Flickr User Deni Williams
Image 2: Mumbai Imperial Tower, by Krupasindhu Muduli (Own work) [CC BY-SA 3.0], via Wikimedia Commons
Image 3: Hong Kong by Flickr User eGuide Travel, Attribution 2.0 Generic (CC BY 2.0)

H