Cities

L’université au cœur de la ville – lieu d’apprentissage, mais surtout de coopération

Certaines des plus anciennes universités du monde, à Fez, au Maroc, à Bologne, en Italie ou à Santiago, au Chili, sont imbriquées dans l’infrastructure urbaine, un foisonnement de commerces et de gens rayonnant sur la ville. Mais au fil du temps, les universités sont devenues des « tours d’ivoire », retranchées à l’écart des centres-villes.

Ces dernières décennies, des établissements d’enseignement supérieur ont refait surface, à travers des partenariats avec des entreprises locales, pour s’investir à nouveau au-delà de leurs murs. Une tendance bénéfique pour les étudiants, les villes, mais aussi pour les entreprises à la recherche de jeunes talents pour revigorer des organisations vieillissantes.

Cities
Intelligentes à l’intérieur comme à l’extérieur - De nombreux aspects des villes intelligentes relèvent simplement d’un urbanisme réussi, intégrant à la fois les avancées des technologies numériques et la nouvelle compréhension de principes plus anciens, à savoir les notions de relations, de communauté, de durabilité environnementale, de démocratie participative, de bonne gouvernance et de transparence.
564 vues

Fait le 16/12/2016

Diffuser la richesse du savoir

L’université contribue largement à richesse de la vie urbaine. Les bénéfices liés au statut de ville universitaire sont nombreux et varient en fonction de nombreux facteurs. Mais il est incontestable que les universités représentent un réel avantage en termes d’impact sur la prospérité économique.

Relativement à l’abri des fluctuations de l’économie, les universités offrent des emplois très divers aux habitants de la région, de chercheur ultraspécialisé à jardinier. Les universités florissantes s’agrandissent et revitalisent des quartiers vieillissants.

De plus, elles bénéficient constamment de subventions privées et publiques pour financer études, recherche et développement. Cette entrée de capitaux peut ensuite se muer en sortie de ressources, sous la forme d’un partage de développements innovants testés dans des entreprises locales, ou de projets collaboratifs entre université et secteur commercial.

Talents natifs : les villes récoltent les futurs champs de l’innovation

Les universités de renommée mondiale attirent les talents de demain. Si les relations entre elles et leur ville sont ouvertes et productives, les diplômés, y compris étrangers, auront plus envie de rester dans la région. Cette tendance est particulièrement visible chez les employés des secteurs à fort profil intellectuel.

Les universités fournissent une ressource unique aux villes désireuses d’investir dans les secteurs d’avenir. En offrant l’expertise, en stimulant la curiosité, en investissant dans l’innovation et en attirant des profils ambitieux, les universités urbaines peuvent être des bassins d’innovation et d’entrepreneuriat pour les actifs de demain. Ces ressources prometteuses alimenteront bien sûr des entreprises existantes, mais créeront aussi d’innombrables start-ups.

Prenons l’exemple de la Silicon Valley, en Californie, née de la relation étroite et mutuellement bénéfique avec l’université de Stanford. Ou celui de la Route 128, également connue sous le nom d’Autoroute de la technologie, dans le Massachusetts, au carrefour entre des universités comme le M.I.T. et Harvard et la sphère des affaires et de la politique.

Un vivier pour les entreprises avant-gardistes

Les entreprises implantées dans les villes et cherchant à recruter ont à leur disposition un vivier de candidats qualifiés directement sur place. Les diplômés ainsi que les membres de la communauté universitaire sont très motivés par les rapprochements avec des entreprises qui leur permettront de tester leurs connaissances et d’acquérir une expérience professionnelle pratique dans le cadre de leurs études.

En plus de tirer parti des ressources de l’université, les entreprises peuvent également conforter leurs propres découvertes en matière de recherche et de développement. Prenons le cas de Tech Square à Atlanta, en Géorgie : en plus des centres de recherche publics, douze entreprises classées au Fortune 500 y ont ouvert leurs propres centres de recherche privés.

L’immeuble Coda est un autre exemple parlant : il abrite un centre d’innovation technique du Georgia Institute of Technology ainsi que des entreprises privées. Il s’agit d’un bâtiment à usage mixte, unique en son genre, avec de nombreux détails innovants, comme ses ascenseurs TWIN ; il optimise l’espace et fait figure de précurseur en matière d’immeuble avant-gardiste et économique.

Tech Square, Atlanta – un lieu dédié à la recherche et au commerce
« Notre bureau tient beaucoup de la communauté, où tous sont animés par une immense soif de connaissance, en contact permanent avec enseignants et chercheurs, et ouverte à différents PDG de start-ups qui nourrissent notre inspiration. »

Tré Watts – thyssenkrupp RIC, Atlanta, Géorgie

Des étudiants favorables à l’université en ville

Construisez-la et ils y viendront. Les étudiants recherchent en priorité des universités dans lesquelles ils pourront étudier mais aussi trouver des stages et des placements en entreprise. Ils peuvent bénéficier d’opportunités idéales pour nouer des relations avec leurs futurs employeurs dans des villes misant sur une plateforme ouverte reliant l’université au monde du commerce.

Il n’est donc pas surprenant que selon le Classement mondial des universités QS, les trois premières destinations pour les études, Paris, Melbourne et Tokyo, aient obtenu de bonnes notes en raison de leurs excellents résultats dans la section « Activité employeur » de son index. HEC Paris dispose par exemple d’une longue liste de partenaires d’entreprises soutenant l’école et proposant des postes en stage ainsi que des opportunités de carrière à ses étudiants. Ces trois centres urbains se caractérisent par leur concentration en entreprises nationales et internationales en lien étroit avec le milieu universitaire.

L’impact de la symbiose entre l’université et le secteur commercial se fait également ressentir dans des villes universitaires plus modestes. Par exemple, à Rottweil, en Allemagne, où thyssenkrupp a érigé une nouvelle tour d’essais et de R&D. Elle a ouvert la voie à de nombreux échanges avec des milliers d’élèves ingénieurs des alentours de Stuttgart et de Munich.

La nouvelle tour d’essais d’ascenseur attire les talents à Rottweil
La nouvelle tour d’essais d’ascenseur attire les talents à Rottweil
QS Best Student Cities 2016

La communauté est au cœur de chaque université

Pour qu’une université réussisse son implantation au cœur de la ville, la ville doit être au cœur de ses préoccupations : pour l’une comme pour l’autre, les retombées économiques et les fabuleuses opportunités en termes de croissance ne sont plus à démontrer depuis plusieurs dizaines d’années, et l’image de l’université au cœur de la société plutôt qu’à sa périphérie fait son grand retour.

Les universités et les villes peuvent poursuivre et renforcer leurs efforts dans la construction de passerelles entre elles, en s’intéressant à d’autres domaines, comme les questions sociales, les arts et l’égalité économique. Les universités disposent des ressources requises pour creuser les problématiques actuelles et ont la responsabilité du partage des connaissances, tandis que les villes doivent ouvrir leur infrastructure pour tester celles de demain.