Cities

Toronto collabore avec Sidewalk Labs pour créer son premier quartier intelligent

La technologie de la ville intelligente demeure un élément moteur du développement urbain. Bon nombre de villes ont intégré avec succès les technologies de l’Internet des Objets et sont passées au numérique pour certaines fonctionnalités de leur infrastructure. D’autres ont essayé de construire une ville intelligente de toutes pièces, pour des résultats mitigés.

Sidewalk Labs, filiale spécialisée dans l’innovation urbaine appartenant au Groupe Alphabet, maison-mère de Google, s’est lancée dans un projet de développement dans la ville de Toronto. Annoncé en 2017, Sidewalk Toronto jaillira du front de mer comme la ville intelligente par excellence, et ce projet servira également de laboratoire d’innovation urbaine. Urban Hub a voulu savoir ce qui rend ce projet intelligent si différent des autres.

Cities
Intelligentes à l’intérieur comme à l’extérieur - De nombreux aspects des villes intelligentes relèvent simplement d’un urbanisme réussi, intégrant à la fois les avancées des technologies numériques et la nouvelle compréhension de principes plus anciens, à savoir les notions de relations, de communauté, de durabilité environnementale, de démocratie participative, de bonne gouvernance et de transparence.
981 vues

Fait le 19/03/2018

Une idée lumineuse : le quartier intelligent flambant neuf de la ville de Toronto

Pendant des années, Toronto s’est demandé comment valoriser son front de mer. En 2017, elle a lancé un appel d’offres afin de trouver une solution lui permettant d’exploiter son potentiel économique et social pour construire un quartier d’avenir qui s’adapterait à tous les habitants de la ville.

Découvrez Sidewalk Labs, dont le cœur de métier est l’innovation urbaine grâce aux villes intelligentes. Depuis un certain temps, la société était à la recherche de l’endroit parfait pour créer sa vision de la ville intelligente.

Ce projet représente le point de convergence entre deux façons de penser autour d’une passion commune. Toronto, pôle florissant du secteur de la technologie et des start-up, n’en est pas à son premier coup d’essai dans la promotion d’une économie axée sur les innovations de pointe. Après avoir été choisie comme partenaire par la ville de Toronto, Sidewalk Labs a investi 50 millions de dollars américains dans la première phase de lancement de leur projet commun.

Les différents aspects du projet

Le projet global s’appelle « Sidewalk Toronto ». Les premières phases de travaux sont prévues dans le quartier de Quayside, qui s’étend sur environ 50 000 mètres carrés de front de mer, juste au sud-est du centre-ville de Toronto. Si ce premier chantier se déroule bien, il sera étendu à la zone de Port Lands, une immense péninsule de terres gagnées sur la mer, de la taille du centre-ville de Toronto.

La vision pour le front de mer de Toronto ne néglige aucun détail. Ce projet de développement urbain promet de servir d’exemple pour la construction des villes du futur. Sidewalk Labs prévoit de bâtir une ville entièrement pensée à partir d’Internet, mais l’entreprise souhaite également promouvoir une coopération continue entre la communauté et les services en charge de l’aménagement urbain. La technologie prime, mais elle doit toujours être au service de la population.

Qu’en est-il de ce projet pesant 50 millions de dollars américains ? Il repose sur un réseau numérique qui couvrira la totalité de l’infrastructure physique. Grâce à une interconnectivité optimale, le quartier de Sidewalk Toronto a la capacité de fournir des services intelligents axés sur la personne, ainsi qu’une durabilité et une mobilité sans précédent. Ajoutez à cela un nouveau concept de construction modulaire et vous obtenez une description précise de la ville du futur.

Le site de Quayside et ses environs ciblés par Sidewalk

La ville intelligente de Sidewalk Labs – le progrès ne s’arrête jamais.

Tout d’abord, une infrastructure numérique de collecte de données et de diffusion du réseau Wifi, dotée de plusieurs capteurs et caméras de localisation, servira de source unique pour toutes les données d’entrée et de sortie. Une plateforme centralisée gèrera l’ensemble et comportera une application cartographique servant à enregistrer en temps réel la position de tous les appareils et dispositifs, allant des voitures sans chauffeur aux chariots repas.

Les habitants enrichiront cette vaste base de données via un portail personnalisé leur permettant d’envoyer des mises à jour, concernant par exemple la foule présente à un endroit donné ou de la terrasse de café la plus ensoleillée. Les spécialistes des données de Sidewalk Lab examineront ces informations pour identifier ce qui fonctionne et remédier aux problèmes éventuels, réalisant des ajustements permanents pour trouver le mode d’action le plus efficace et le plus productif.

Le progrès ne s’arrête jamais ! Les avancées permises par les projets et la vision de Sidewalk Labs peuvent se révéler fascinantes. Une journée inhabituellement chaude ? Les stores et auvents se déroulent automatiquement pour une protection supplémentaire. Pas de bus à l’arrêt ? Un robot-taxi est déjà en chemin. Des canalisations qui fuient ? Les capteurs l’ont déjà détecté avant que vous n’appeliez le plombier.

Monter en voiture, mais pas derrière le volant.

La conduite autonome promet d’être l’une des avancées phares de cet énorme réseau numérique. Terminé les véhicules personnels, place aux rues aménagées pour les piétons et aux transports en commun ! L’objectif étant que moins de 20 % des habitants de Quayside possèdent leur propre voiture.

Toute une série de robots-taxis et de bus sans chauffeur transporteront les gens d’un bout à l’autre de la ville. Un réseau automatisé de véhicules-robots desservira toute la ville, par les airs, sous terre et bien plus encore. Sidewalk Labs envisage de créer des tunnels souterrains destinés à des camions automatisés en charge de services tels que les livraisons ou le traitement des déchets.

Quelles que soient les solutions de mobilité, la route sera réservée aux moyens de transport non conventionnels tels que le covoiturage, ainsi qu’aux cyclistes et aux piétons. À cet effet, le réseau numérique utilisera des feux de signalisation adaptatifs et des technologies de capteurs mesurant les niveaux de pollution de l’air et favorisant les déplacements à pied et en deux-roues.

La durabilité est également intelligente

Mais par qui ou par quoi toutes ces technologies numériques seront-elles alimentées ? L’électricité ne pousse pas dans les arbres, mais Sidewalk Labs veut faire en sorte qu’elle « pousse » sur les toits. Une ville intelligente doit exploiter toutes les nouvelles technologies pour créer des systèmes énergétiques positifs durables.

Le quartier aurait son propre mini-réseau. L’objectif est de produire 10 % de l’électricité sur place, ce qui serait possible en recouvrant 50 % de l’espace sur les toits de panneaux photovoltaïques. Un réseau d’énergie thermique contribuera également à atteindre cet objectif en faisant recirculer l’énergie issue des sources non fossiles pour alimenter les systèmes de chauffage et de refroidissement des bâtiments.

Une politique d’élimination des déchets efficace et respectueuse de l’environnement contribuera également à un niveau élevé de durabilité. Cette politique a été prise en compte dans les plans prévus pour le quartier Quayside. Les déchets solides et les déchets recyclés seront transportés vers un point central sur place, pour être ensuite expédiés en vue du traitement. Les matières organiques iront vers un digesteur anaérobie pour éventuellement fabriquer du carburant.

Une ville intelligente doit exploiter toutes les nouvelles technologies pour créer des systèmes énergétiques positifs durables

Construire pour attirer les foules... et réutiliser les mêmes matériaux

Les matériaux de construction utilisés par le passé ont souvent engendré des effets néfastes sur l’environnement, tandis que les technologies de construction étaient trop rigides, si l’on ne prend en compte que leur courte durée de vie. Détruire et reconstruire encore et encore, telle est « l’ancienne » vision de l’aménagement urbain.

Sidewalk Labs propose des bâtiments de type « loft » composés de modules reconfigurables qui peuvent être agrandis et s’adapter aux occupants actuels ou aux besoins de la ville. Espaces de bureau, espaces de production et lieux d’habitation peuvent tous être intégrés à un seul et même bâtiment constitué d’une structure extérieure standard, mais d’intérieurs flexibles.

Les premières images des plans montrent un mélange de styles séduisant, qui permettrait d’utiliser des matériaux recyclés et du bois en lieu et place de l’acier. Les bâtiments sont des gratte-ciel modulables et des lotissements constitués de logements grâce à la technique de construction dite de la « maison passive ». La construction pourrait être plus rapide, engendrer moins de coûts, et respirer le neuf tout en étant basée sur des anciens concepts de construction. Elle serait adaptée à nos besoins et à la population qui ont tous deux évolué.

La technologie a pour but d’améliorer le quotidien de la communauté et n’a pas vocation à la remplacer

Bâtir une communauté high-tech

Alors que le projet du quartier de Quayside et celui de Sidewalk Toronto sont entièrement pensés à partir d’Internet, les urbanistes et la ville de Toronto tiennent à souligner qu’ils ont conscience qu’une grande ville ou un quartier entier ne peut être construit du sommet à la base. La technologie a pour but d’améliorer le quotidien de la communauté et n’a pas vocation à la remplacer.

 » Les habitants ont exprimé leurs inquiétudes à propos de l’exclusivité (projet étant réservé aux personnes fortunées), de la viabilité économique et du respect de la vie privée. La ville Toronto et Sidewalk Labs précisent bien qu’ils mettent en place des mesures pour confier la ville à ses habitants, affirmant que les villes intelligentes permettent de supprimer les obstacles qui empêchent habituellement le progrès.

Le plan directeur pour une ville intelligente. Un plan à succès ?

Alphabet, via Sidewalk Labs, s’ajoute à une longue liste de rêveurs, d’architectes et d’urbanistes qui ont eu pour rêve de construire des villes en suivant un plan directeur, telles que Brasilia, Songdo, ou Masdar City. Alphabet est également un nouvel acteur dans le secteur de l’aménagement urbain : la société spécialisée dans les nouvelles technologies. Les sociétés de ce type ont jusque-là fourni les nouvelles technologies intelligentes utilisées dans les villes, mais elles n’ont jamais conçu de ville entière.

Récemment, une filiale de la société d’investissement de Bill Gates, Cascade Investment LLC, a fait l’acquisition d’un terrain en Arizona pour construire une ville intelligente. S’agit-il de la nouvelle tendance dans le domaine de l’innovation urbaine ? Nous continuerons très certainement de voir naître des partenariats entre les villes et les entreprises spécialisées dans les nouvelles technologies sur des projets moins complexes, telles que Cisco, Sprint et Thing Big Partners qui s’est associée à la ville de Kansas City aux États-Unis pour créer un axe de villes intelligentes.

Lorsque le projet Sidewalk Toronto verra le jour, il sera comparé aux villes de Songdo et Masdar City, projets qui n’ont finalement pas tenu toutes leurs promesses. Certaines critiques suggèrent que les plans de Sidewalk Toronto ne comportent rien de réellement nouveau, les seules différences étant l’échelle du projet et le nombre de technologies innovantes. Sidewalk Labs leur rétorque qu’il s’agit du premier projet réellement global des dix dernières années.

Le projet Quayside : une ville intelligente en mouvement

Alors que la ville de Toronto et Sidewalk Labs continuent d’aller de l’avant avec des projets innovants, nombreux sont ceux qui garderont un œil sur le développement des projets, observant quelles visions verront réellement le jour et lesquelles resteront à l’état d’ébauches. URBAN HUB surveillera certainement de très près toutes les avancées !

L’année 2018 sera consacrée à une planification sur le long terme et à de nombreuses consultations de la communauté pour créer un plan général d’innovation et de développement qui constituera la base du développement du projet. Sidewalk Toronto a la conviction que le projet sera une source majeure de nouvelles idées et deviendra le centre mondial du secteur de l’innovation urbaine intelligence.

Image Credits:

Self-driving car, taken from commons.wikimedia.org; some rights reserved

All other image credits go to sidewalktoronto.ca