Cities

Architecture recyclable – construire, utiliser et réutiliser les structures urbaines autrement

Nous connaissons les bâtiments intelligents, durables et écologiques, mais qu’en est-il des bâtiments recyclables ? L’idée de recycler une ville entière est certes irréaliste, mais de nouveaux concepts et matériaux pour les bâtiments encouragent les architectes et les urbanistes à réfléchir à l’avenir d’un édifice ou de sa structure lorsqu’il n’est plus utile.

De nombreux architectes adoptent des matériaux recyclés pouvant facilement être démantelés et réutilisés ultérieurement pour la construction et la conception de bâtiments. Autre tendance similaire : le développement de structures « nomades » pouvant être entièrement réadaptées dans un autre lieu. Ce type de recyclage de bâtiment en fin de vie requiert cependant une planification urbaine dynamique et flexible, constamment en mouvement.

Cities
Intelligentes à l’intérieur comme à l’extérieur - De nombreux aspects des villes intelligentes relèvent simplement d’un urbanisme réussi, intégrant à la fois les avancées des technologies numériques et la nouvelle compréhension de principes plus anciens, à savoir les notions de relations, de communauté, de durabilité environnementale, de démocratie participative, de bonne gouvernance et de transparence.
578 vues

Fait le 22/02/2018

Un bâtiment fait de résidus ou de neuf ? Pourquoi pas des deux !

L’utilisation de matériaux recyclés est rapidement en train de devenir une solution innovante et durable incontournable pour les architectes. Beaucoup de matériaux de construction courants (béton, brique, verre) peuvent être produits à partir de matériaux déjà utilisés auparavant. On peut ainsi réduire de 90 % les émissions d’un bâtiment.

Les architectes qui réfléchissent au-delà de la vie d’un bâtiment, en adoptant un système de construction à circuit fermé, sont également enthousiastes à l’idée de tester de nouveaux matériaux durables. Il en résulte souvent une structure à l’empreinte écologique quasiment nulle et à l’esthétique innovante et unique, qu’il serait impossible d’obtenir avec des matériaux traditionnels.

  • Prenons l’exemple de la maison de Rotterdam faite en « WasteBasedBricks » par la bien nommée start-up StoneCycling (recyclage de pierres). Cette dernière a recyclé et revalorisé quelque 15 tonnes de déchets, allant de la céramique au verre et à l’argile, afin de créer des briques de construction couleur caramel.
  • En automne dernier, lors de la Dutch Design Week, le People’s Pavilion a servi d’exemple de construction produisant très peu de déchets, voire aucun. Les bardeaux colorés sont en plastique recyclé et la plateforme en bois est faite de pièces empruntées qui peuvent être rendues aux propriétaires.
  • À Chicago, les architectes qui ont conçu le Lavezzorio Community Center de SOS Villages d’enfants ont employé des restes de béton provenant de chantiers de construction environnants. Les différents types de béton ainsi rassemblés créent de multiples nuances sur la façade du bâtiment.

Assemblez, réassemblez, répétez

Après les Jeux olympiques d’été à Rio de Janeiro, le départ des athlètes n’était pas le seul sujet de conversation : il fallait également décider du sort des bâtiments ultramodernes. Déterminée à éviter les « éléphants blancs », ces projets inutiles et coûteux qui pèsent souvent sur les villes une fois les Jeux terminés, Rio a opté pour des bâtiments tels que la Future Arena. Ses parties démantelées ont servi à construire quatre écoles d’enseignement secondaire.

Souvent connue sous le nom d’« architecture nomade », cette tendance se concentrant sur les structures temporaires, inventives et flexibles gagne en popularité. Le stade de la Coupe du monde de football 2022 au Qatar sera le premier stade entièrement démontable et réutilisable. Il sera construit à l’aide de conteneurs de transport et de blocs modulaires.

Ces expériences dans le domaine des bâtiments « mobiles » ont également engendré la conception de matériaux de construction pouvant être facilement démontés et remontés, tels que les poutres, murs ou colonnes de béton. Même des tuyaux en béton ont été suggérés parmi les composants de construction réutilisables. Hong Kong propose de fabriquer des micro-appartements à partir de ceux-ci, qui pourront être disposés partout où l’espace le permet.

Le stade de Rio qui a été transformé en quatre écoles.

L’architecture recyclable peut-elle être circulaire ?

Ces exemples individuels de stades et de maisons impressionnantes sont certes inspirants, mais à quel point la tendance de l’architecture recyclable va-t-elle réellement affecter la planification ou la construction urbaine à plus grande échelle ? En quoi cette tendance montre-t-elle un changement dans notre manière de penser ?

Plutôt que de tendre vers des bâtiments monumentaux pour constituer un héritage, les architectes comprennent désormais que rien ne dure et que tout a un impact. Ainsi, le bureau d’études ARUP Associates utilise le concept d’économie circulaire pour développer un bâtiment pouvant être facilement adapté à de nouveaux usages et ne créant aucun déchet lorsqu’il n’est plus utile. Les composants peuvent être entièrement recyclés ou réemployés à d’autres fins dans l’industrie.

Bien que ce projet n’ait été qu’une présentation pour le Festival de Design de Londres de 2016, il a permis de démontrer avec brio que l’architecture pouvait être circulaire. La conception innovante d’ARUP a été récompensée par le Cradle to Cradle Products Innovation Institute.

 

Le « bâtiment circulaire » d’ARUP est flexible, démontable et 100 % recyclable ou réutilisable.

Un secteur en plein changement

Il semble clair que le concept d’architecture flexible et temporaire va au-delà des bâtiments occasionnels. Les exemples de structures et bâtiments adaptables ou apparaissant rapidement et suivant le rythme et les changements des villes sont de plus en plus nombreux. Ils incluent notamment les vendeurs de nourriture ambulants, les parkings polyvalents, et même un centre commercial et d’événementiel tel que le projet PROXY à San Francisco.

Des programmes de certification de durabilité avant-gardistes montrent également la voie à suivre en encourageant la construction de bâtiments qui utilisent des matériaux recyclables ou prennent en compte leur fin de vie. Ainsi, la certification LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) attribue un point supplémentaire aux « conceptions permettant la flexibilité » et pouvant être facilement adaptées ultérieurement.

Afin que le concept de construction circulaire puisse véritablement prendre son essor, tous les acteurs doivent y contribuer, des investisseurs aux équipes de construction en passant par les architectes. Une fois que chacun sera impliqué, les possibilités seront infinies. Qu’il s’agisse de ponts, de maisons ou d’immeubles, toutes les structures de l’environnement bâti devraient en effet prendre en considération leur devenir une fois que leur objectif initial ne pourra plus être rempli.

Image Credits:

Rubble House, taken from dezeen.com; image credits go to Ossip van Duivenbode

People’s Pavilion, taken from dezeen.com; image credits go to Filip Dujardin

SOS children’s village, taken from arthitectural.com; image credits go to Hedrich Blessing 

Rio Arena, taken from wikipedia.orgsome rights reserved