Buildings

Tours résidentielles et développement de la vie moderne à la verticale

La tour résidentielle actuellement la plus haute du monde (426 mètres), se situe au 432 Park Avenue, dans un quartier chic de New York. Toutefois, on trouve sept des dix bâtiments résidentiels les plus hauts du monde dans le quartier futuriste de Dubaï Marina, à Dubaï. Des tours d’appartements sont construites dans tous les pays et abritent 60 millions de personnes, selon les estimations. Mais à qui sont-elles réservées ? La réponse varie selon les pays et les époques.

Buildings
Des témoins de la durabilité urbaine - De nos jours, l’aménagement urbain pose les bases des villes de demain, leur insufflant l’inspiration nécessaire en termes de durabilité, de décisions écologiques et de mode de vie responsable.
656 vues

Fait le 19/04/2016

Des tours chics aux tours sociales

Si les premiers grands bâtiments construits étaient des bureaux, les tours résidentielles ont rapidement intégré le paysage urbain. Il s’agissait initialement d’immeubles offrant certaines commodités aux classes aisées. En 1925, la construction du Ritz Hotel Tower a contribué à l’essor des tours dans les lieux les plus prestigieux. En 10 ans, New York pouvait se targuer d’avoir environ 150 tours luxueuses, un phénomène qui s’est répandu jusqu’à Shanghai et Buenos Aires.

Construire des tours était d’une telle évidence pour répondre au défi de la croissance de la population urbaine que ce projet a été ultérieurement intégré aux travaux d’ingénierie sociale à grande échelle. Appliqué à un contexte de logements de masse pour les classes moyennes et inférieures, généralement dans le cadre de projets de construction de logements sociaux de grande envergure, ce concept s’est rapidement développé dans toutes les villes aux États-Unis, en Europe et dans l’ex-URSS. Toutefois, dans les années 1970, les immeubles de grande hauteur ont commencé à être considérés comme la cause de la dégradation de l’environnement urbain, et non comme la solution à ce problème. Les riches peuvent-ils à eux seuls relever le défi de la vie verticale ?

Ritz Tower - New York City

« …la construction du Ritz Hotel Tower en 1925 a modifié l’orientation de l’architecture résidentielle. Un événement emblématique de l’époque. Elle symbolisait l’esprit d’imagination des hommes et l’ère du jazz, et annonçait au moins les prémisses de la modernité. »

Elizabeth Hawes – Auteure de l’ouvrage « New York, New York »

432 Park Avenue

La réponse...

Ce n’est pas du tout le cas en Asie. Singapour, Tokyo et Hong Kong fournissent des expériences réussies en matière de vie à la verticale pour tous. En effet, à Singapour, 80 % de la population vit dans des logements sociaux, pour la plupart dans des tours. De même, les projets de construction de tours d’habitation, pas seulement réservés aux plus riches, se développent de façon spectaculaire en Chine.

URBAN HUB a déjà publié plusieurs articles sur divers nouveaux concepts de futurs logements, tels que les villages verticaux, les bâtiments résidentiels et l’utilisation combinée et innovante des tours. Ceux-ci, ainsi que d’autres concepts à venir, peuvent offrir de nouvelles perspectives résidentielles et de participation à la vie urbaine moderne, et permettre à tous d’accéder à la vie à la verticale.

Parallèlement, New York tente de faire le bonheur de ses habitants. Les nouvelles mesures prises tiennent également compte de la demande croissante d’un meilleur mode de vie urbain pour mettre fin aux dispositions et réglementations obsolètes empêchant la construction de logements accessibles aux familles les plus modestes. Une chose est sûre : tout le monde souhaite vivre en ville. Et la seule solution possible est de… construire des tours !

 
A short story of the highrise
10 Tallest All-Residential Buildings by Height

« Les grandes villes… peuvent aisément accueillir bien plus de familles qu’à l’heure actuelle. La raison pour laquelle elles ne le font pas tient aux dispositions et réglementations en vigueur qui bloquent les constructions. En particulier, les limites imposées concernant la hauteur des bâtiments nous empêchent d’utiliser davantage le système de transport vertical public le plus efficace jamais créé : l’ascenseur. »

Paul Krugman – Lauréat du prix Nobel d’économie