Buildings

150 ans de course aux étoiles : évolution des grands immeubles

Les hauts immeubles font partie des plus beaux chefs-d’œuvre jamais construits et incarnent les singularités des temps modernes, mais ils ne sont pas apparus en une nuit. Ils sont le résultat de constantes innovations, découvertes et expérimentations.

L’histoire des gratte-ciel est jalonnée de nombreuses innovations et périodes de transition, si bien qu’il est difficile de les classer par ordre d’importance. URBAN HUB s’est entretenu à ce propos avec Dario Trabucco, le Directeur de la recherche au sein du Conseil sur les grands immeubles et l’habitat urbain (CTBUH), afin de recueillir son avis d’expert et d’identifier les étapes majeures de l’évolution des gratte-ciel.

Buildings
Des témoins de la durabilité urbaine - De nos jours, l’aménagement urbain pose les bases des villes de demain, leur insufflant l’inspiration nécessaire en termes de durabilité, de décisions écologiques et de mode de vie responsable.
1511 vues

Fait le 24/05/2016

1852 – Les ascenseurs révolutionnent l’ascension

En 1852, Elisha Otis inventa le premier « ascenseur sûr » au monde. Il était alors doté d’un dispositif d’arrêt assurant la protection des passagers en cas de rupture de câble. Peu après, en 1857, le premier ascenseur pour personnes fut mis à la disposition du grand public au sein du E.V. Haughwout Building à New York.

À partir de ce jour, les escaliers cessèrent d’entacher la réputation des étages supérieurs et les immeubles prirent de la hauteur. D’après Dario Trabucco, « les étages les plus élevés étaient jusqu’alors dénigrés, mais la tendance s’est inversée. Grâce aux ascenseurs, ils sont devenus incontournables du fait de la lumière naturelle, de l’air plus pur et de la tranquillité qu’ils offraient. »

Du haut de ses sept niveaux, l’Equitable Life Building (1870) est considéré par certains comme le premier gratte-ciel. En 1871, l’artiste Alfred Emslie immortalisa même l’arrivée d’un Allemand qui leva les yeux en sa direction et s’écria : « Das muss der Palast sein! » (ce doit être le palais !).

E. V. Haughwout Building
Année de fin de construction : 1857
Emplacement : New York, États-Unis
Style architectural : néo-Renaissance (italianisant)
Structure : façade en fonte, maçonnerie
Nombre de niveaux : 5
Hauteur : 79 pieds / 24 mètres
Particularité : premier immeuble doté d’un ascenseur

Equitable Life Building
Année de fin de construction : 1870
Emplacement : New York, États-Unis
Style architectural : néo-Renaissance (baroque français)
Structure : maçonnerie
Nombre de niveaux : 7
Hauteur : 130 pieds / 40 mètres
Particularité : premier immeuble de bureaux doté d’un ascenseur

« L’invention de l’ascenseur a donné corps à la folie des grandeurs. Cela a eu des répercussions sur l’ensemble des constructions ultérieures. »

Dario Trabucco

Research Manager, Council on Tall Buildings and Urban Habitat

 

 

Courte biographie : Dario Trabucco
Dario Trabucco est un chercheur en technologie du bâtiment titulaire au sein de l’Université IUAV de Venise (Italie). Les recherches qu’il conduit incluent des analyses du cycle de vie (ACV) des grands immeubles, la conception de noyaux techniques et la rénovation des hauts bâtiments.
Dario Trabucco, qui occupe le poste de directeur de recherche au sein du CTBUH, est à l’origine de l’ouverture d’un bureau d’études du Conseil à Venise, en Italie. Il a été le chercheur principal dans le cadre des études menées par le CTBUH sur les méga-poteaux en matériau composite et les technologies d’amortissement pour les grands immeubles.

 

1916 – Loi sur le zonage (zoning law)

Le chercheur a ensuite identifié les étapes clé de l’évolution de la construction des hauts immeubles : « À partir de la loi sur le zonage de 1916, le paysage urbain new-yorkais a profondément changé et les immeubles des autres villes ont commencé à être très similaires. »

Cette loi avait pour but d’empêcher que des immeubles trop grands privent les rues de soleil, interdiction qui prit la forme d’une restriction de la hauteur des tours afin qu’elles s’adaptent à la taille des rues. Pour se plier à cette loi, les architectes conçurent des tours dotées de « retraits », qui s’affinent progressivement vers le haut.

Selon Carol Willis, le fondateur du Skyscraper Museum (musée des gratte-ciel), cette loi sur le zonage « est devenue la principale source d’inspiration des architectes pour la conception des gratte-ciel et a permis l’émergence de nouveaux styles architecturaux ainsi que d’une nouvelle vision de la métropole* moderne. ». En fin de compte, cette restriction a fait naitre les magnifiques gratte-ciel Art Déco des années 20 et 30 que l’on connait, et a marqué d’une pierre blanche le moment où les architectes ont laissé de côté les modèles européens classiques.

 

 

[1] Willis, C. (1986). Zoning and Zeitgeist: The Skyscraper City in the 1920s. Journal of the Society of Architectural Historians, 45(1), 47–59.

Chrysler Building
Année de fin de construction : 1930
Emplacement : New York, États-Unis
Style architectural : Art Déco
Structure : acier
Nombre de niveaux : 77
Hauteur : 1 046 pieds / 318,9 mètres
Particularité : plus haut bâtiment du monde de 1930 à 1931

Empire State Building
Année de fin de construction : 1931
Emplacement : New York, États-Unis
Style architectural : Art Déco
Structure : acier
Nombre de niveaux : 102
Hauteur : 1 454 pieds / 443,2 mètres
Particularité : plus haut bâtiment du monde de 1931 à 1971

Années 50 – Émergence des gratte-ciel à façades rideaux

Construit en 1952, le Lever House est paré d’une façade rideau entièrement vitrée. Cette technique avait déjà été utilisée auparavant, mais le style de cet immeuble fit office d’exemple pour la construction de nombreux bâtiments à New-York et dans le monde entier. « Les vitres installées sur l’ensemble de la façade associées à une un éclairage et une aération améliorés ont permis de gagner de l’espace à tous les étages. », nous explique Dario Trabucco.

Ce style architectural, qui se caractérise par ses tours de verre rectangulaires, est par la suite devenu la norme pour les gratte-ciel de style international. L’introduction des façades en verre non porteuses a permis d’augmenter l’espace disponible en optimisant l’entrée de lumière extérieure.

Lever House
Année de fin de construction : 1952
Emplacement : New York, États-Unis
Style architectural : international
Structure : enveloppe de verre, structure porteuse en acier
Nombre de niveaux : 21
Hauteur : 307 pieds / 93,6 mètres
Particularité : premier immeuble de bureaux doté d’un mur-rideau entièrement vitré

Willis Tower (auparavant : Sears Tower)
Année de fin de construction : 1974
Emplacement : Chicago, États-Unis
Style architectural : international
Structure : enveloppe de verre, structure porteuse en acier
Nombre de niveaux : 108
Hauteur : 1 729 pieds / 527 mètres
Particularité : plus haut bâtiment du monde de 1974 à 1998

1973 – Choc pétrolier

« Le choc pétrolier de 1973 a été l’élément déclencheur du mouvement écologique dans le monde de l’architecture », explique Dario Trabucco. « Auparavant, les immeubles ressemblant à des boites noires étaient devenus très en vogue. Toutefois, leur vitrage noir dissipait une grande partie de la lumière naturelle entrante et induisait une consommation d’énergie accrue au moment de refroidir les pièces puisque les fenêtres ne pouvaient pas s’ouvrir. »

D’après D. Trabucco, la transition est flagrante en comparant la tour Areva (terminée en 1974 et rebaptisée Tour Fiat) à la tour Total (terminée en 1985). À l’origine, ces tours étaient destinées à être jumelles, mais la crise survenue à la fin de la construction de la première est venue entraver ce projet. C’est ainsi que, par la force des choses, la tour Total put bénéficier d’une philosophie de conception plus respectueuse de l’environnement.

Le Black monolith, la tour Areva et sa cousine scintillante, la tour Total

2001 – Les attentats du 11 septembre : le tournant crucial

« Les attentats du 11 septembre incarnent le point de non-retour de cette amorce de révolution », confie Dario Trabucco. Il est certain que ce drame n’a pas eu de répercussions directes sur les immeubles, comme ce fut le cas pour les domaines de la sécurité incendie et de la conception des issues de secours, mais il a en définitive cristallisé ce passage d’une typologie architecturale à l’autre.

Le chercheur poursuit : « Au début des années 90, on pouvait prévoir que la tour de bureaux destinée à devenir le prochain « bâtiment le plus haut » aurait une structure d’acier et se trouverait dans une ville américaine. Depuis les attentats, les prédictions se sont davantage orientées vers des édifices polyvalents en béton situés en Asie ou au Moyen-Orient. »

Toutefois, l’Amérique du Nord n’a pas cessé de construire des gratte-ciel. Le One World Trade Center est devenu le plus haut bâtiment de l’hémisphère occidental lorsqu’il a ouvert en 2014, tel un phœnix renaissant de ses cendres.

One World Trade Center
Année de fin de construction : 2014
Emplacement : New York, États-Unis
Style architectural : post-moderne
Structure : acier et béton
Nombre de niveaux : 94
Hauteur : 1 776 pieds / 541,3 mètres
Particularité : plus haut bâtiment de l’hémisphère occidental (en mai 2016)

Tour Shanghai
Année de fin de construction : 2015
Emplacement : Shanghai, Chine
Style architectural : futuriste post-moderne/chinois
Structure : noyau en béton et méga-poteaux en matériau composite
Nombre de niveaux : 128
Hauteur : 2 073 pieds / 632 mètres
Particularité : second plus haut bâtiment du monde (en mai 2016)

Burj Khalifa
Année de fin de construction : 2010
Emplacement : Dubaï, Émirats arabes unis
Style architectural : futuriste post-moderne/arabe
Structure : béton armé
Nombre de niveaux : 163
Hauteur : 2 723 pieds / 829,8 mètres
Particularité : plus haut bâtiment du monde (en mai 2016)

« Derrière chaque grand immeuble se cache une forte personnalité qui tente de faire une déclaration très audacieuse. La création d’un très édifice élevé s’apparente en substance à la naissance d’une nouvelle capitale mondiale. Les villes comme Dubaï, Taipei, Shenzhen ou encore Guangzhou étaient relativement peu connues avant que leurs édifices respectifs les mettent sous le feu des projecteurs. »

Dario Trabucco

Research Manager, Council on Tall Buildings and Urban Habitat

20?? – Plus grand que grand ?

Voici ce que répond Dario Trabucco lorsque nous lui demandons quels types d’immeubles il imagine voir sortir de terre à l’avenir : « Les immeubles ne doivent plus être pensés et conçus comme des entités totalement indépendantes, j’en suis convaincu. Fusionner leurs étages supérieurs pourrait occasionner des redondances en termes d’approvisionnement en énergie et en eau et offrir des issues et voies de secours secondaires. »

Il poursuit : « De nos jours, les rues sont de plus en plus encombrées ; la création de liaisons entre les immeubles et l’aménagement d’espaces communs en hauteur participeraient à leur désengorgement tout en démocratisant la vie en hauteur. »

Dans un environnement où les immeubles seraient reliés, il faudrait inventer de nouveaux moyens de transport permettant de se déplacer facilement de l’un à l’autre. Ces derniers pourraient prendre la forme d’ascenseurs et de tapis roulants indépendants, mais la solution la plus logique semble être incarnée par les ascenseurs, à l’image du MULTI, qui peut se déplacer à l’horizontale et passer d’immeuble en immeuble en suivant un circuit.

« J’évite d’utiliser le mot "histoire" lorsque je parle d’immeubles : il s’agit plus d’une évolution. L’"Histoire" appartient au passé, tandis que l’évolution des grands immeubles est plus que jamais d’actualité. »

Dario Trabucco

Research Manager, Council on Tall Buildings and Urban Habitat

Tour de Djeddah (Tour du Royaume)
Année de fin de construction : 2018
Emplacement : Djeddah, Arabie Saoudite
Style architectural : futuriste post-moderne/arabe
Structure : béton armé
Nombre de niveaux (prévu) : 167
Hauteur (prévue) : 3 281 pieds / 1 000+ mètres

Stage Image 1: New York City Skyscrapers by Kevin Jarrett, licensed under CC BY 2.0

Stage Image 2: The Chrysler Building by Howard Yang Photography, licensed under CC BY 2.0

Stage Image 3: Empire State building, New York | USA by Pablo Pola Damonte, licensed under CC BY 2.0

Stage Image 4: Lever House by Rafael Chamorro, licensed under CC BY 2.0

Stage Image 5: Willis Tower, Chicago by Rob Young, licensed under CC BY 2.0

Stage Image 6: Tours Areva Total by Vincent XXXXXX, licensed under CC BY 2.0

Stage Image 7: Shanghai Tower by Chinainfocenter, licensed under CC BY 2.0

Stage Image 8: Burj Khalifa by Zoemies …, licensed under CC BY 2.0

Stage Image 9: One World Trade Center by Dirk Steingäßer, licensed under CC BY 2.0